Institut Estagiel Index du Forum
Institut Estagiel
1875 - Une école élitiste qui renferme de bien sombres secrets...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Un dédale peu engageant
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> Les sous-sols >>> Les Couloirs
Auteur Message
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Lun Aoû 28, 2006 03:19 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Louise Dantois était la première élève qu’il ait rencontrée dans cet établissement, la première et déjà ça tournait au fiasco. La grâce de son visage, ses larmes, son air triste…mais pourquoi avait-elle l’air si triste ? Et pourquoi se posait-il encore la question maintenant alors qu’il s’était juré de garder à tout prix ses distances avec les autres membres de l’institut ? Le cœur bouillant de rage et la tête pleine de questions, il traversa les divers étages et couloirs à l’aveuglette, ne sachant absolument pas dans quelle direction il allait. Silencieux et pourtant insolemment gracieux, seule sa démarche trop rapide trahissait le fond de sa pensée. *De l’air ! N’y a-t-il pas un parc où un jardin dans les environs ? J’ais l’impression d’étouffer*

Sans même s’en rendre compte, il s’était peu à peu éloigné des sentiers battus si bien qu’à présent, il était complètement seul, perdu quelque part dans un endroit aussi sombre qu’effrayant. Mais où se trouvait-il? Ralentissant soudainement la cadence de ses pas, il scruta les alentours d’un air aussi surprit que perplexe
.

-Mais qu’est-ce que…?!, s’écria-t-il à voix haute tandis qu’il revenait brusquement à la réalité. *On dirait des sous-sols. Comment ais-je bien pu m’égarer à ce point ?*

Déjà mal à l’aise à la base, Hugo était également, de temps à autres, sujet à la claustrophobie. Bien sur, ce n’était pas très sérieux, pas assez du moins pour s’en inquiéter outre mesure même si, en l’occurrence, cela s’avérait plutôt dérangeant. Essoufflé, il s’adossa au mur le plus proche le temps de se calmer et de se reprendre. Son veston en subirait très certainement les conséquences, en effet, l’endroit était sale et poussiéreux mais vu la situation cela valait le désagrément et puis…un vêtement aussi laid, non décidément, il ne regretterait pas ce sacrifice.
_________________


Dernière édition par Hugo Valère le Lun Aoû 28, 2006 07:51 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Lun Aoû 28, 2006 03:19 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ermes Dolage
Médecin


Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 85
Age: 27
Extraction: Haute-Bourgeoisie

MessagePosté le: Lun Aoû 28, 2006 06:24 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Un homme en blouse blanche venait de sortir de derrière une porte, un air sérieux parcourant son visage. C'était Ermes Dolage. Il ne s'était pas changé, ayant été récupérer/vérifier je ne sais quoi dans cette partie souterraine du château. Peut-être bien que la pièce dont il venait de fermer la porte à double-tour était un de ces fameux laboratoires « secrets ». Mais passons. Le docteur devait retourner à l'infirmerie pour s'assurer qu'aucun blessé ou qu'un quelconque malade ne s'y trouvait, ce qui au cas où l'endroit serait toujours vide l'arrangerait pour cette fois ; on pourrait probablement lui demander ce qu'il faisait. Quoique, personne ne serait assez téméraire ou bien irrespectueux pour et puis il pourrait mentir aisément. C'était la première fois de sa vie qu'Ermes avait un poste aussi important, il ne lui fallait pas faire tour rater. En tout cas, il continua son chemin dans le couloir sombre et inhospitalier, dans lequel d'ailleurs il se hâta de rejoindre les étages supérieurs, n'aimant guère ce genre d'endroit. Au moins, dans les laboratoires, les fioles fluorecentes ou non donnaient de la couleur, ou alors, l'ambiance était autre qu'un unique couloir vide...
Soudainement, Ermes entendit quelqu'un s'exclamer. Ses paroles étaient bien insdistinctes. Un garçon par en juger le ton de sa voix, un élève par dessus tout. Que faisait-il bien là ?!... Et surtout, où était-il ? De toute façon Ermes ne pouvait pas faire demi-tour, il n'avait qu'à continuer son chemin. Il pressa un peu plus le pas jusqu'à arriver à l'endroit où Hugo était adossé contre un des murs, haletant... Hugo. 20 ans. Le médecin laissa échapper à de ses sinistres sourires, qui grâce à l'ombre en laissait heureusement l'élève indemme. Un fameux sujet que ce garçon. Qu'avait-il comme particularité, celui là ?.. Un charisme quelque peu profond. C'est bien vrai.. vraiment ..intéressant. Certains hommes naissent pour être chef ou politicien, mais ceux qui possèdent cette flamme et qui n'en usent pas pour ce genre de choses, que sont-ils ? Des sujets d'études à l'école Estagiel.


«Oh, que me vaut l'honneur de croiser un élève dans ces couloirs ? Vous savez, pour faire des rencontres il vaut mieux que cela se produise en des places plus accueillantes... Que faites-vous ici ? Surtout qu'aucun cours n'a lieu aujourd'hui.»

L'élève avait bien de la chance de ne pas avoir le directeur en personne face à lui, bien même que cette pensée n'avait rien de très pessimiste. Et puis au final, ça ne dérangeait pas tellement notre médecin que de croiser Hugo ici. Ca aurait pu être pire, une des bonnes par exemple... ou des professeurs « innocents ».
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Lun Aoû 28, 2006 07:51 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Soudain quelqu’un s’approcha mais concentré comme il l’était sur son souffle, il ne remarqua le nouveau venu que lorsque celui-ci prit la parole. Une ombre ? Un revenant ? Sans crier gare, une imposante silhouette masculine émergea tout droit de cet obscur néant qui semblait prolonger à l’infini le couloir lugubre. S’étranglant presque de surprise, Hugo recula brusquement, frottant d’avantage le tissus bariolé de sa veste contre le mur sur lequel il s’était adossé de tout son poids quelques instants plus tôt.

Enfin, les mots prononcés parvinrent à son esprit. Cet être massif au teint blafard parlait ?! Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose : le nouveau venu était bel et bien humain (lol). En partie rassuré par ce fait que d’autres auraient très certainement jugés évident, il tenta de réunir tout ses moyen afin de se calmer tandis que son cerveau, machine à la logique implacable, rationalisait la situation en lui suggérant simplement que l’inconnu faisait probablement partie du personnel de l’institut.


-Vous…vous…

La tentative était veine, il voulu articuler quelque chose mais les sons restèrent prisonniers de sa gorge trop contractée. Mais de toute manière, comment aurait-il bien pu se calmer alors que tout allait de mal en pire ? Bien sur, l’inconnu était de chair et de sang et dans l’absolu c’était une bonne chose pourtant en l’occurrence, du point de vue d’Hugo, cette rencontre impromptue au beau milieu de nul part n’avait carrément rien de rassurant. Seul avec un inconnu, assez fort pour lui en faire voir de toutes les couleurs en combat singulier, et loin, si loin du reste du monde que dans le pire des cas, personne ne viendrait à son secours même si il hurlait à s’en déchirer les tympans.

Méfiant par nature, c’était surtout le fait de ne pas savoir qui l’effrayait réellement. A chaque rencontre, un doute martelait toujours son esprit, et si ? Et si par malheur cette personne réagissait mal ? C’était déjà arrivé et cela arriverait encore. Terrorisé et aphasique, il fusilla d’un regard méfiant Ermes, priant pour que celui-ci ne fasse pas partie de cette catégorie.

_________________
Revenir en haut
Ermes Dolage
Médecin


Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 85
Age: 27
Extraction: Haute-Bourgeoisie

MessagePosté le: Ven Sep 1, 2006 11:01 am    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

L'arrivé du médecin semblait avoir dérangé, peut-être l'intimité de l'élève. Hugo se sentait sûrement bien plus à l'aise lorsqu'il se trouvait seul et qu'aucun intrus ne franchissait les remparts qu'il avait érigé autour de lui. Mais Ermes ne serait pas assez doux pour s'en aller de suite ; il avait des choses à faire, à vérifier, à confirmer. Depuis qu'il était arrivé, il n'avait pas bougé de la pénombre, qui était un endroit parfait « d'observation ». On s'y cachait, protégé par la noirceur constante dans ces couloirs. Hugo incarnait une de ces souris de laboratoire qu'on étudie scrupuleusement ; Ermes allait en savoir plus, sur un peu tout, mais surtout sur lui, sur cet élève qui faisait déjà des remous et des vagues dans l'institut. De plus, comment fonctionnent les rouages humains, la « logique » des autres gens, cela l'intéresse. Mais en attendant, le docteur Dolage avait finalement avancé d'un pas pour s'afficher dans tout son auguste maintien, ce qui, espérait-il, permettrait à Hugo d'aligner plus de deux mots, au lieu du même, misérable.

Car oui, Hugo n'avait répliqué qu'avec un « vous », qui en disait long comme en disait pas grand chose. Comme si notre élève avait vu un fantôme, une apparition phantasmagorique. De plus le ton dans sa voix confirmait le tout, ce qui au contraire de ce qu'on aurait pu attendre, embêta Dolage qui souhaitait en tirer plus de cette rencontre que la simple frayeur de l'élève. En tout cas le médecin haussa de nouveau la voix, essayant de masquer un sourire à moitié-gêné. « Les jeunes sont bien de plus en plus sensible... »


« Alors.. parlez-donc. Je suis votre médecin, Ermes Dolage. Mon rôle n'est pas de faire la ronde pour voir si il y a des rôdeurs ; soyez-en rassuré... »

En vérité, si des élèves étaient un peu trop curieux, surtout dans les sous-sol, ça pouvait conduire à des accidents quelques peu gênants... où des élèves pouvaient ensuite disparaître et où le rôle d'Ermes apparaîssait dans toute sa splendeur. Mais il fallait mieux éviter cela, tout du moins déjà évincer les adolescents trop aventureux. Ce n'était pas le cas d'Hugo, à ce moment précis.

(Ermes ou comment "corriger" 10 heures après.. /o/ *sort*)


Dernière édition par Ermes Dolage le Ven Sep 1, 2006 06:26 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Ven Sep 1, 2006 04:41 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

*Des rôdeurs ?* Aussi légitime que fusse l’allusion, elle piqua au vif l’orgueil du jeune homme égaré. Investi d’une énergie nouvelle, il fusilla de ses yeux perçant son interlocuteur tandis que les poings serrés, il luttait de toute sa colère pour retrouver son souffle. Un médecin ? A la fois perplexe et incrédule, il jaugea Ermes de bas en haut, un peu surprit par tant d’austérité et aussi par son imposante stature. Déglutissant avec peine, il parvint tout de même à articuler ces quelques mots :

-…Parler ?!...Votre… !

Le respect des convenances avait toujours eut de l’importance pourtant, par moments, Hugo se laissait emporter par un tempérament explosif sous-jacent qu’il s’efforçait de réprimer. Calme et indifférent en apparence, dans le fond il était en réalité doté d’une âme rebelle, agitée et parfois même…destructrice.
Malgré tout, quelque peu soulagé par les révélations de son interlocuteur, il osa se relaxer d’avantage et prit même le risque de fermer les yeux tandis qu’il se laissait de nouveau aller de tout son poids contre le mur poussiéreux.


-…Votre compassion vous honore, souffla-t-il enfin tout bas.

Plutôt mauvais sur ce coup là, sa réaction fut en réalité simplement inhérente à ses doutes et surtout à la gène qu’il éprouvait devant sa propre faiblesse qu’il venait d’exposer si imprudemment. Prenant sur lui pour ne pas s’égarer d’avantage, il voulait relativiser pour ne pas commettre d’erreur irréparable alors qu’il arrivait à peine à l’institut. Distrait par les récents évènements, il en oublia totalement de resonger au confinement des lieux et à son malaise. Se sentant déjà mieux, il se redressa quelques peu pour faire face au praticien avant d’ajouter d’une voix plus assurée :

- Je vais bien, soyez en assuré et croyez le si vous le voulez mais ma présence en ces sous-sols est complètement fortuite.

Fiévreux mais lucide, la froideur de son timbre offrait un contraste des plus déroutant. Tandis qu’il rajustait un peu brusquement son veston et sa cravate, il se remit debout, la tête haute, affichant une fierté toute masculine puis il se présenta brièvement :

-Hugo Valère, monsieur.
_________________
Revenir en haut
Ermes Dolage
Médecin


Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 85
Age: 27
Extraction: Haute-Bourgeoisie

MessagePosté le: Mer Sep 6, 2006 02:50 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Ainsi, les paroles d'Ermes avait provoqué chez Hugo un début de réaction nerveuse, comme si les dires du médecin étaient tout sauf délicats, comme si le jeune homme avait pris au premier degré sa phrase bien même qu'il aurait pu être réellement en faute. Au moins Ermes Dolage avait eu la « gentilesse », on ne dirait pas la délicatesse, l'idée, de ne pas directement le renvoyer sans le laisser moisir dans son indécision. Hugo avait serré du poing et fusillé de ses yeux couleur saphir son interlocuteur. Ermes se garda bien de faire une remarque à ce sujet car après tout il était la cause de tout ce raffut. En tout cas, l'élève qui le toisait du regard arborait une frêle carrure qui aurait tout aussi pu déranger, faire hausser les sourcils à ceux qui pourraient se trouver face à lui. Hugo venait d'épeler deux nouveaux mots, toujours avec difficulté. M. Valère possédait donc un vocabulaire un peu plus développé, mais de peu.

Ermes se laissa de nouveau espérer à ce que cela ne resterait pas ainsi, mais au moins un changement, presque indicible, s'était fait sentir. Une marche était franchie, apparemment. Si Hugo avait une âme de rebelle, Ermes en avait une un peu trop compatissante. Comme quoi on dit qu'il y a du blanc dans le noir, et du noir dans le blanc. Mais n'allons pas marginaliser nos deux personnages, oh non, il n'y avait à présent que le vampire Ermes qui aurait pu paraître étrange. En attendant, le jeune homme semblait s'être calmé, ayant pris plus « confiance en lui ». Enfin. Une phrase avec un sujet et un verbe. Merveilleux, splendide. Malheureusement ou peut-être alors était-ce le contraire, la fameuse sentence exhalait d'ironie, de tout ce qu'il y a de plus superficiel. Mais bon, l'époque en était la cause, il ne fallait blâmer personne. Enfin, il fût possible qu'Ermes avait l'orgueil mal placé ; un rictus était apparu vivement sur son visage pour disparaître tout aussi vite qu'il était venu.

Maintenant, la véritable nature d'Hugo refaisait surface. Le docteur aurait eu la patience d'attendre encore un moment avant cela, mais à présent qu'une discussion, cette fois dans son sens premier, allait se tisser, well, that was good... Cette fois-ci une phrase d'autant mieux construite sortit d'entre les lèvres d'Hugo, pour laisser entendre qu'il était venu là tout à fait par hasard, ce qui était fort probable. Il fallait avoir quelque caractère masochiste pour errer dans ces couloirs comme lieu de promenade. Le changement était quelque peu frappant entre les premiers mots prononcés du jeune homme et ceux qu'il prononçait maintenant. Non, il n'était pas schizophrène, peut-être un peu trop réservé, des difficultés sociales. Sûrement, après tout, avec ce « don ». Des mouches et des singes devaient souvent se poser et s'agripper. Hugo se redressa enfin de toute sa hauteur, faisant face et en se présentant froidement.


«Hugo Valère.» Ermes avait de nouveau élevé la voix en citant son nom. « Vous me voyez honoré de votre présence en ces lieux, bien que comme je l'ai déjà remarqué j'eusse préféré à un autre endroit. Sachez qu'à posteriori il faudra éviter de traîner dans ces couloirs, ce ne serait pas bon.»
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Mer Sep 6, 2006 07:59 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Décidément, ce médecin était étrange. Non seulement il ne lui était pas venu en aide tandis qu’il s’étouffait, chose que n’importe qui à sa place aurait immanquablement tenté, mais de plus il était resté passif et tranquille en apparence. Même la remarque acerbe qu’Hugo venait de lui asséner ne le fit pas tressaillir, à croire qu’en fin de compte, il n’était véritablement pas humain ce sombre et taciturne gaillard.
Un peu calmé, le jeune homme ne fit pourtant que très peu de cas de la formule polie d’Ermes quand à sa présence en ces lieux. Il n’était pas dupe, de plus le praticien n’avait décidément rien qui aurait pu encourager un élan spontané de sympathie en sa faveur : grand, pale, froid et même un brin hautin. Sans oublier d’y ajouter un manque de compassion évident qui détonnait exagérément avec sa dite sacro-sainte profession. En y réfléchissant d’avantage, il trouva même cette combinaison plutôt amusante, dommage qu’il n’ait eut à en faire les faits cependant.


-Je n’ais pas pour passion de m’égarer en de tel endroits, d’ailleurs comme vous l’aurez constaté, les lieux confinés m’indisposent.

Tandis qu’il s’adressait à Ermes, il désigna d’un hochement de tête gracieux les murs poussiéreux du couloir où ils se trouvaient. Hugo ouvrait la bouche mais à chaque fois, ses remarques étaient plaines d’un je ne sais quoi de cynique et malgré sa politesse apparente, ses doutes et son mécontentement étaient assez évidents. Il ne comprenait ni l’attitude ni les propos de son interlocuteur : bien sur qu’il ne reviendrait pas ici ! Pourquoi aurait-il eut envie de remettre les pieds dans cet endroit sinistres? L’avait on prit pour un trouble fête ou pire encore : pour un grand malade? Décidément, l’attitude de certaines personnes ne cesserait jamais de le surprendre.
Perplexe mais enfin détendu, il croisa les mains derrière son dos tandis qu’il ajoutait ces quelques mots de sa voix d’adulte au timbre grave :


-…J’éviterais donc, autant que faire ce peut, de réitérer cette fâcheuse expérience, soyez en assuré. Cependant, je me demande encore pourquoi l’accès aux sous-sols n’est pas condamnée. L’institut compte-t-elle réaménager ses locaux ?

Pas vraiment soucieux de la réponse qu’on lui donnerait, la question lui était venue comme ça, presque sur un coup de tête ou était-ce simplement pour meubler la conversation, respect des convenances oblige ? Toujours attentif, il espérait en réalité que le médecin lui propose son aide pour retrouver son chemin. *Bon s’il ne le fait pas, c’est moi qui le lui demande sans quoi, comme c’est parti, je ne regagnerais ma chambre qu’à la tombée de la nuit.*
_________________
Revenir en haut
Ermes Dolage
Médecin


Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 85
Age: 27
Extraction: Haute-Bourgeoisie

MessagePosté le: Sam Sep 16, 2006 04:05 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

En tout cas, le médecin ne faisait rien pour arranger la situation. Ou peut-être bien qu'il n'était pas humain, dans le sens commun et comment Hugo pourrait le voir. Il prenait toujours le train en marche mais restait comme Dieu sur son nuage (s'il existe.. ¬¬) à observer de « haut », un non-être en quelque sorte, le vampire classieux qu'on aimerait à rêvasser. Ou alors il était simplement ou vraisemblablement dans l'air du temps sans pour autant y chercher une distinction spéciale, être au centre de l'attention. Ses mouvements se faisaient au ralenti et c'était plutôt à Hugo de prendre les décisions, même si dans le cas présent le jeune homme était le cadet et gardait toujours son statut d'élève. Pour le moment, Ermes n'avait pas l'intention de jouer le rôle de la personne qui réprimande, ce ne serait que trop de boulot et puis après tout il était médecin, de plus il se tenait guère compte des quelconques remarques plus ou moins irrespectueuses qui pourraient lui tomber dans l'oreille.
Ce qui était fort dommage, c'était que Hugo ne se borne qu'aux réflexions qu'il avait jugé bonnes d'appliquer à son interlocuteur, par exemple que la « statue » qu'il avait face à lui ne s'animerait rien qu'à peu car son coeur de marbre l'en empêcherait. Enfin, la phrase du médecin comportait les mêmes formules qu'il avait auparavant trouvé un peu trop redontantes. Ermes pouvait lui aussi paraître pédant à souhait, mais au moins, plus personnellement, d'une manière extrascolaire, il avait des loisirs plus légers, quelque peu moins « haut-de-gamme », plus simples, lesquelles il pourrait même s'en cacher d'une honte inavouable. Ce n'était que du maniérisme mais ce n'est pas dans cette situation là qu'on pourrait s'en rendre compte. Pour une première rencontre, on se faisait généralement l'idée de la personne dans son intégralité.

«Si tel est le cas, il faudrait prévoir je-ne-sais-quoi d'un peu plus préventif pour que les élèves ne s'y perdent encore...»

Et pourtant il y avait des gens, autres que lui qui étaient censés surveiller. Mais l'institut était tellement vaste, que surtout dans les sous-sols, il était plutôt rare de croiser quelqu'un qui pourrait entre autre indiquer le chemin. Hugo accompagna sa phrase d'un hochement de tête, pour donner forme à ses propos, affirmer une nouvelle fois que ces couloirs n'étaient vraiment pas accueillants, mais aussi et surtout qu'il comptait au plus vite trouver la sortie. Il enchaîna de nouveau avec une question douteuse, qui ferait siffler les oreilles sensibles. Ermes n'hésita pas à répondre, d'un ton qui se voulait moins froid qu'auparavant.

«Et bien, sachez que certains cours particuliers se déroulent dans ces couloirs, au cas où vous auriez oublié. Nous ne pouvons guère en condamner l'entrée... Il se peut qu'il y ait des changements, mais à l'étage supérieur. D'ailleurs, nous pourrions nous y rediriger.»

L'élève n'aurait finalement pas à demander ou à recevoir une réponse négative. Autant partir sur une autre piste, pensa Ermes. D'un signe de tête il indiqua dans quel sens se trouvait la sortie. Hugo avait sa réponse à propos de laquelle il avait été frileux d'en évoquer l'idée. Enfin, le jeune homme méritait bien qu'on l'aide. Cela était quasi sûr que certains autres jeunes gens ne s'en seraient pas sorti aussi bien. Et Ermes n'aurait pas été aussi « compréhensif ».
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fenrir
Propriété d"Armand


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 6
Localisation: Au bout de la laisse...

MessagePosté le: Dim Sep 17, 2006 06:48 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Un sommeil doux et inattendu s’était infiltré sous la porte branlante, se frayant un chemin vers le jeune homme et l’emportant sans difficultés dans sa ronde…

La même chose chaque fois. Tout était doux comme pour que ça soit encore plus brutal et blessant par la suite. Toutes ces images sorties d’on ne sait où et venant le hanter, faisant des pirouettes dans son esprit, asseyant de dessiner une vérité, un passé oublié. Fenrir ne comprenais pas, il ne comprenait plus. Tout avait l’air si réelle et à la fois si lointain …

Fenrir releva la tête brutalement. Il venait d’entendre des bruits de pas passer devant sa porte à moitié fermée. Son regard flou et avec un petit mal de tête, il observa rapidement la pièce. La salle dans laquelle il se trouvait n’était pas très accueillante. Décoration ancienne, armoires aux portes cassées et capricieuses, insectes grouillant dans les coins, vielles fioles, produits totalement antiques et parfois un petit couinement venant d’une de ces cher amies les souries ( ou rat de temps à autre ). Il n’avait pas tellement l’habitude de s'assoupir dans ces endroits là. Mais comment dire, c’était comme s’il avait été instantanément assommé de sommeil.

Il se leva, ramassa en passant des petites gélules étranges qui traînaient sur la vielle table de bois, les rangea dans sa poche et se dirigea doucement vers la porte. De là, il espionna sans bruit l'indiscret. Il était étranger à ce lieu et, semblait-il, venait à peine de s’en apercevoir. Le petit voyeur ne quitta pas sa place quand peut à près, un autre homme apparu dans le sombre couloir. Ah, un peut d’activité…

Mais le temps passa tranquillement. Cela faisait quelques minutes que les deux personnes étaient en train de discuter, en parties cachées dans la zone sombre du couloir… et rien ne semblait ce passer. Fenrir avait très envie d’aller mettre un peut de mouvement dans cette discussion, mais il préférait nettement rester appuyé dans l’entrebâillement de la porte. L’apprenti fouineur avait seulement oublié le fait qu’il n’était pas très malin d'épier quelqu’un alors que son ombre apparaissait un peut sur le sol. De plus, la lumière échappant de la pièce étant bien plus forte que dans le couloir, elle révélait clairement les contours de son corps. Nous mettrons cet oubli sur le compte du réveil récent du jeune homme.


(désolé du temps que j’ai mit et du manque d'inspiration. Très nerveuse aussi. ^^" )
_________________


Revenir en haut
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Mar Oct 24, 2006 02:41 am    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Intérieurement apaisé par les propos de son interlocuteur, il n’afficha pourtant qu’un air à la fois boudeur et colérique qui en vérité lui seyait à merveille. Le praticien venait de lui proposer de le guider vers la sortie : que demander de plus ? Rien justement. Hugo ne s’attendait donc pas à d’autres mystères ou surprises ; pour lui Ermes de sa personne en représentait d’ailleurs déjà bien assez. Les yeux pétillant de défis, le jeune élève s’appétait donc à emboîter le pas du docteur lorsqu’à sa grande stupéfaction il se rendit compte de la présence de l’ombre.

Figé sur place, il ne sursauta pas pour autant même si sur le coup il fut prit d’une belle frousse.
*Mais qu’est-ce que…?!!* Cette fois-ci, perplexe, il prit le parti de rationaliser la situation contrairement à sa précédente rencontre dans ces couloirs obscurs et poussiéreux…A moins bien sur qu’en fin de compte se soit en réalité la présence d’Ermes qui le rassurait inconsciemment ? Difficile à savoir : Hugo était impossible à cerner ; trop contradictoire dans ses pensées et dans ses actes, il était capable de mépriser quelqu’un en apparence tout en lui portant des sentiments sincères dans le fond!

-Qui est là ?! Montrez vous, enfin.

De la colère mêlée à une crainte qu’il s’efforçait de refouler, sa voix grave vacilla quelque peu pourtant il restait fidèle à lui-même. Prétentieux et un peu macho sur les bords, pour lui, faire montre de sa faiblesse était la pire des humiliations qu’on aurait pu lui infliger. Immobile à coté du praticien, il attendit donc la réponse du nouveau venu…hautain en apparences mais en vérité pas rassuré dans le fond Very Happy
_________________
Revenir en haut
Ermes Dolage
Médecin


Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2006
Messages: 85
Age: 27
Extraction: Haute-Bourgeoisie

MessagePosté le: Ven Oct 27, 2006 06:39 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Comme si quelques mots pouvaient changer tout ? Ou presque. Après tout, il ne faut pas être surpris à entendre sortir d'une bouche des propos jurant quelques fois avec l'apparence d'une personne. Enfin là, on ne pouvait pas dire que cela était des propos très rassurants, juste quelques mots pour insister sur le fait que de rester dans ces couloirs n'étaient pas des plus intelligents, et qu'il fallait se dépêcher de rejoindre la sortie. Peut-être que M. Dolage avait comme douce intention d'éviter à Hugo de rester trop longtemps dans ces sombres couloirs, ce qui pourrait nuire à son teint, que sa peau n'en devienne trop fragile ? Ne dit-on pas que de rester enfermé, on en devient blanc ? Suivant cette logique, Ermes n'avait pas dû beaucoup sortir. En tout cas, c'est avec plus ou moins d'enthousiasme qu'Hugo sembla accepter, commençant à emboîter le pas pour suivre le médecin. Mais soundainement, il se figea avant même qu'Ermes put se satisfaire de la décision de l'élève. Que venait-il donc de voir, de remarquer ? Normalement, il ne devait y avoir personne. Si c'était encore un de ces sales gamins qui faisaient cache-cache, ils allaient passer un sale quart d'heure. Mais passons, c'était Hugo qui partait en éclaireur. Ermes restait tout de même soucieux. Ce n'était pas.. normal, avec tout ce qui se trouvait dans ces couloirs, que quelqu'un ait le courage ou l'inconscience de rester dans l'ombre. On pouvait s'y sentir étrangement seul. Et cela était vrai que le fait qu'ils soient deux pouvait grandement changer la mise, même si Ermes pouvait très bien s'en accommoder seul.

Hugo éleva la voix pour essayer d'établir un contact avec "l'étranger". Cela fit même sourire Ermes. "Montrez-vous, enfin." Que cela était mignon. En fait, une ombre se dessinait sur le sol et cela devint ainsi un peu plus compréhensible. Elle ne bougeait presque pas. Avait-elle peur ? S'était-elle aussi égarée ? Et surtout, cette personne les observait-elle depuis longtemps ? Qu'elle se dévoile vite, Ermes n'aimait pas qu'on « l'épie » ainsi ou qu'on reste là à ne pas vouloir se faire démasquer. La personne à qui appartenait cette ombre aurait du prendre ses précautions. Le médecin alla jusqu'à s'avancer à son tour. (?) Cette présence étrangère lui faisait resentir une désagréable impression.


« Melle, ou bien monsieur ; sortez donc de votre trou. C'est M. Dolage. Faites moins votre timide et sortez de là. Je n'attendrai pas 5 minutes. »

Surtout, son autorité ne devait pas être remise en question. Il pourrait bien s'avancer dans la pénombre pour aller ramasser l'élève, ou je-ne-sais-qui. Mais... cela était relativement plus sensé si la personne se décidait auparavant à se dévoiler. Ermes jeta un coup d'oeil à Hugo. Il ne fallait pas le frustrer d'avantage. Le temps était compté en secondes.

[Dsl du retard. Mais j'suis motivé. XD Alors écrivez, écrivez. èé]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fenrir
Propriété d"Armand


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 6
Localisation: Au bout de la laisse...

MessagePosté le: Ven Nov 3, 2006 09:19 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant Répondre en citant

Fenrir était tellement encré dans al conversation que lorsque hugo l’interpella, il ne comprit pas tout de suite que la phrase lui était destinée. Il ne réalisa que lorsque le regarde des deux hommes se retournèrent vers lui ce qui lui provoqua un petit frisson nerveux. Bon d’accord il n’était pas très futé quand il était question de se cacher. Dommage, il aurait bien voulu savoir ce qui se serait passé même si la situation semblait plus évoluer vers la sortie. Fenrir fit la moue et finit par ouvrir la porte, éclairant totalement le visage des deux personnes lui permettant enfin de les reconnaître. Le premier était un élève qu’il avait entraperçut sans doute dans un couloir ou tout simplement lors du discours du directeur, quand au second, comme il venait de l’indiquer, il s’agissait bien du distingué médecin des lieux que Fenrir avait eu déjà le plaisir de voir dans le bureau du Maître.
Ermes ce souvenait-il de lui ? Fenrir se souvenait très clairement de la première fois où il l’avait vu pourtant. Rencontrer de nouvelles personnes était rare, et les nouvelles têtes étaient profondément marquées dans l’esprit du petit blondinet.

Devant la menace de Monsieur Dolage, un grand sourire bien visible et sarcastique s’afficha sur le visage angélique du voyeur. Il s’accompagna d’un petit rire, trouvant apparemment la situation risible et finalement son visage retourna à son sage habituel, si cela n’est ces lèvres courbées d’un sourire amusé.


- Bien le bonjour. Mais je suis désolé de vous faire remarquer qu’une seule personne a le droit de me dicter des ordres. Vous souvenez vous ? … monsieur, Dolage .

Fenrir ne cachait pas son insolence devant l’adulte. Il était plus jeune que les deux personnes présentes mais Fenrir, et toute personne qui l’avait déjà rencontré seulement quelques minutes même le savait, était une personne qui n’était pas influencé par les bêtes sentiments typiquement humains, tel que la culpabilité, la peur ou rien que le soucis de mal paraître. La seule chose qui pouvait le mettre hors d’état était l’unique chose qui lui donnait une véritable raison de vivre, le maître bien sûr.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:00 pm    Sujet du message: Un dédale peu engageant

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> Les sous-sols >>> Les Couloirs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo