Institut Estagiel Index du Forum
Institut Estagiel
1875 - Une école élitiste qui renferme de bien sombres secrets...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
[Validé] Fenrir
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> Hors Jeu >>> Présentations
Auteur Message
Fenrir
Propriété d"Armand


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 6
Localisation: Au bout de la laisse...

MessagePosté le: Sam Sep 2, 2006 05:36 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Nom : Flamhaff
Prénom : Halrid (hal)
Date de naissance : 07/juillet/1859
Age : 16 ans
Classe sociale : Bourgeoisie
Région : Paris, chez monsieur Estagiel.

Profession : Esclave ... fufu … non, serviteur on va dire.
Particularité(s) : Fenrir souffre ( oui « souffre ») d’une légère empathie. Cela veux dire, qu’il arrive, quand les émotions sont fortes, que fenrir capte les sentiments ou émotions de personnes avoisinantes. Cela le perturbe beaucoup, il évite donc se s’exposer aux flux émotionnels des autres.
Le jeune garçon est aussi très adroit à l’arc, sa première passion qu’il exerce autant qu’il peut.
Une autre petite particularité chez le jeune homme…sa voix. Sa voix n’a pas muée comme prévue, ainsi, elle est restée douce. Elle n’est pas aigue, elle n’est pas comme une voix féminine non plus, c’est juste une voix un peut plus délicate et veloutée qu’un garçon de 16 ans. Il se permet donc de chantonner de temps en temps. Il ne prend pas cette activité au sérieux, c’est plus pour se distraire ou penser à voix haute. Pourtant le jeune homme à un potentiel formidable dans la voix, chantant des chansons qui demandent une voix fine et ça, sans fausses notes. ^^
Tout dernier point, Fenrir à subit de nombreuses expériences. Ces modifications on eu pour effet de le sauver, mais aussi ont amélioré ses compétences physiques et sa faculté d’apprendre qui est plus développée. Les expériences on aussi fait naître chez fenrir son don d’empathie, mais en échange ont complètement effacé son passé. Halrid n’existe plus, il n’y a que fenrir et seulement lui maintenant.
Rôle dans l'école : Ancien cobaye, fidèle serviteur de son créateur, et si plus affinité…

Famille :

Père : Antoine Flamhaff. Homme très fière et autoritaire qui perdit la tête. Sa folie eu raison de lui, après qu’il ait violenté sa femme et mutilé son fils. Sa vie ne marqua pas vraiment les gens. Seul son esprit dérangé resta en mémoire. Sa femme fut peut être la seule à le pleurer.

Mère : Elishabeth Flamhaff. Excellente couturière, sa passion première restait quand même sa famille. Elle éleva avec tout l’amour possible son fils et resta fidèle à son mari. Nageant dans le bonheur, ils étaient près à donner naissance à un nouvel enfant, quand le brutal accident de Monsieur vin tout chambouler. Madam flamhaff à aujourd’hui déménagé, elle vit en Irlande avec son fils unique. Elle reste tout de même septique quant à la mort d’Hal et n’a pas abandonné les recherches de son enfant.

Frère : Eliot Flamhaff. Le dernier enfant de la famille et petit frère de Fenrir. Les deux enfants ignorent tout à fait l’existence de l’autre et Elishabet s’abstint même de parler à son fils de son regretté époux et père de l’enfant. Il vit très heureux en Irlande et ne ressent aucun vide dans sa vie, même si on ne peut le cacher, une bonne partie en manque.


Biographie :

Résumé :
Halrid était au départ un garçon comme les autres jusqu'à un fâcheux reversement de situation qui le conduisit à s’enfuir de sa maison, le soir de Noël. Le jeune garçon se retrouva alors condamné à finir ses jours dans ce froid et cette nuit. Heureusement, le petit garçon échappa à une mort injuste, emmené par un parfait inconnu.
Mais Halrid finit par perdre profondément connaissance. Le temps passe dans cette grande battisse où son bel inconnu vivait, mais, dans son coma léger, Hal sera sujet de plusieurs expériences menées par cet étrange homme. Ses actions lui sauveront la vie, mais lui créèrent aussi un espoir de recommencer sa vie à zéro.
Son profond sommeil dura pendant 4 ans ½ ... Une fois enfin sortit de ce sommeil, Halrid n’était plus et laissa place Fenrir, un garçon plein de vitalité. Depuis, Fenrir sert docilement et fidèlement son créateur, protecteur, sauveur, et autant d’autres choses encore,…. Armand Estagiel.


Histoire compléte :
- Regarde Halrid ! … tu vois ! Il aime ce prénom !
Penché au dessus du petit berceau blanc de la clinique, à côté de son lit, Madame Flamhaff jouait tendrement avec le doigt de son enfant qui était en train de se faire nettoyer par une femme vêtue de blanc.
- Quelque chose de plus discret serait plus approprié non ? Imagine, lorsqu’il sera en étude, aussi « mignon » soit ce nom, il en subira sans doute des retours blessants.
- Ce n’est pas bien Halrid ? Antoine, pourquoi te sent tu obligé de critiquer ainsi ?
- François c’est bien mieux non ? Ou même Jack.
- Antoine !!! Arrête veux tu !
- Hmrf… je dis juste que ce n’est pas un nom Halrid ! Si seulement c’était une fille, on était d’accord sur ce point.
- Marie, je sais. ... Tu veux bien faire plaisir à ta femme de temps en temps ? Je te signal que je vient d’accoucher.
- Madame Flamhaff a raison, vous devriez plus l’encourager après ce qu’elle vient de vivre. Et puis, peut importe son prénom, c’est un magnifique petit garçon qui vous comblera, j’en suis sûre.
L’infirmière posa l’enfant sur le sein de sa mère et c’est ainsi, que se passèrent les premières minutes de la vie d’Halrid Flamhaff… adorable garçon qui comblera ses parents, certes, mais pour une courte durée.

9 ans s’écoulèrent dans la petite famille. Mais tout n’allait pas pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Monsieur Flamhaff avait perdu son emploi dans l’usine où il travaillait, suite à un accident qui avait éveillé chez lui des troubles mentaux. Jugé trop violent et incontrôlable parmi les ouvriers, il avait due quitter l’usine de chaussures où il travaillait et où il avait avant gravi petit à petit les marches vers des postes plus importants. Antoine Flamhaff vivait à vrai dire, très mal cette retraite anticipée. Rien ne lui faisait plaisir et il ronchonnait souvent. Sans parler de ses crises de folies ou Madame Flamhaff s’enfermait dans sa chambre avec Halrid, allant jusqu’à pousser la commode devant la porte pour se protéger de son mari. Au petit matin, elle ouvrait la porte et trouvait le plus souvent son mari endormi devant la porte de la chambre ou parti brutalement de la maison en ne fermant pas la porte d’entrée.
La seule chose qui illuminait ces tristes jours était, le ventre de madame Flamhaff. Elisabeth Flamhaff était enceinte, attendant, disait-elle avec une lueur joyeuse dans les yeux, un autre petit garçon. Même si Monsieur grognait perpétuellement, disant qu’une fille était beaucoup plus gérable qu’un garçon. Elisabeth ne contredisait pas son mari, ne voulant pas éveiller la folie qui s’emparait de plus en plus de lui. Les docteurs n’arrivaient même plus à dire où en étaient ses troubles, ils empiraient tellement. Ils arrêtèrent finalement de suivre Antoine, le prédisant à une mort certaine, le cerveau était trop endommagé d’après eux. Mais toute fois, ils ne s’attendaient pas au danger qu’il allait exposer…

Ca veux dire quoi ça ? Non mais regarde ! REGARDE ! Je n’y crois pas !
Monsieur Flamhaff agitait nerveusement une paperasse sous le nez de sa femme.
- Pourquoi ils m’abandonnent. Je ne suis pas encore perdu ! NON !
Elisabeth ne voyait même pas la nécessitée de lire ce que comportait ce papier. Il s’agissait de la nouvelle comme quoi les examens sur son mari étaient arrêtés. Que faisait ce papier ici ? Elle avait du négliger le courrier en le classant, en enlevant tout ce qui pouvait être facteur d’énervement.
- Chéri, calme toi, je t’en prie.
- Me calmer ?!! Mais tu ne comprends pas ! Ils mon condamné !
- Tu vas te condamner tout seul si tu t’énerves !
- C’est toi la cause de mes problèmes ! Si tu arrêter de diriger ma vie !
- Antoi …. !
Monsieur Flamhaff se montrait plus impulsif et incontrôlable depuis un certain temps. Le voici qui se retrouvait sur sa femme, maintenant ses mains autour de son cou, y imprimant sauvagement ses marques. Les cris de madame ne tardèrent pas à faire descendre en cavalcade leur seul enfant de 9 ans à peine.
- MAMAN !!
L’enfant ce jeta sur le dos de son père sans réfléchir et commença à marteler son dos de coups.
- MAMAN ! JE SUIS LA !
Le père se redressa d’un coup, relâchant sa femme et attrapa son fil par le bras le fil basculer violemment sur le sol et s’installa à cheval sur lui, son genoux écrasant sa main pour qu’il ne bouge pas. Il commença alors à lui entailler la peau à l’aide de ses ongles, le morde et lui donner de violent coups comme une bête enragée. Monsieur Flamhaff était devenu quelque chose épouvantable et incontrôlable.
- PAPA ARRÊTE !!
- Qui est tu ? Comment est tu rentré ? Je ne veux personne chez moi !
- Mais-mais ! Je suis votre fils !!
- Petit menteur arrogant ! Tu le payeras !
Madame reprenait son souffle de son côté, évitant de justesse l'asphyxie. Elle n’arriva pas à se redresser, son poids dû à son ventre imposant – qui avait gonflé pendant 8 mois maintenant.
- HAL ! Dégage toi vite et va prévenir Monsieur Milligan, notre voisin !!
Mais ce que ne voyait pas sa mère, était la difficile situation dans laquelle se trouvait le garçon. Elle se redressa un peut et hurla alors de terreur en voyant son mari, le visage déformé par la folie, enfoncer dans le visage de son fils, sa main. Plus précisément, la « punition » qu’avait décidé d’infliger l’homme à son fils - qu’il ne reconnaissait plus- , était de le faire souffrir, une souffrance qui laisserait de sérieuses séquelles puisque monsieur Flamhaff était en train d’agiter l’un de ses long doigt dans l’œil gauche de son fils qui hurlait de douleur.
- AIDEZ MOI !!!
- HALRID !!!
Ameuté par tous ces cris, le voisin -et pas que lui- finit par arriver. On entendit de puissants coups contre la porte et bientôt elle se retrouva complètement ouverte, allant s’éclater violemment contre le mur. Le voisin n’était pas le genre de personne à porter des petites lunettes et à se fouler le poigner en tournant une page. Il avait la carrure d’un vrai géant et était pourtant quelqu’un de très agréable. Il était un ancien bûcheron et sa hache avait énormément contribué à la destruction de la porte d’entrée.
Il entra dans le salon où se passait la scène et saisit brutalement le père et le cola contre le mur pour le tenir en place. Pendant ce temps, un autre voisin aidait Elisabeth à se relever difficilement. Halrid n’osait, quand à lui, plus bouger du sol. Il sentait le liquide chaud et visqueux dégouliner sur son visage d’enfant. Son œil lui faisait atrocement mal, il ne voulait même pas y toucher. Il était terrorisé, il tremblait de tous ses membres et autour de lui, plus rien n’existait.
- Vous allez vous clamer non de non ? !!
Le père s’agitait toujours comme un dingue contre le mur, mordant les mains de son agresseur. Il avait l’air si pitoyable, il avait l’air si dément.

- Oh mon dieu ! Je…je….. MON DIEU !
Et voila que pour combler le tout… madame, trop stressée, trop crispée par la situation, avait choisi le mauvais moment pour se décider de donner naissance au petit dernier.
Avec cette anguille entre les mains, le bon voisin finit par ce décider, à contre cœur, de l’assommer. Le coup fut franc et Antoine fut expédié illico au pays des songes.
Madame commença à être guidée vers la porte pour aller de ce pas à la clinique. Mais avant de passer la porte, paniquée, elle retourna son regard en arrière et se rendit compte, que plus jamais…
- HALRID !
.. elle ne reverrait son fils.


Le salon était vide. L’enfant avait disparut. Etait-il mort ? Son père l’avait achevé ? Maintenant qu’elle se rappelait, Halrid n’avait pas donné de signe de vie après l’agression. Il était resté sur le sol, son buste baignant dans son sang.

Elishabet se retrouvait dans se salon. Les voisins l’avaient gentiment rangé pour elle. Elle tenait dans ses bras le nouveau né qui s’était endormit. L’accident s’était passé il y a une semaine et, elle revoyait la scène, gravée dans sa mémoire, ici devant elle. Elle laissa échapper toutes ses larmes, son cœur à jamais abîmé, brisé et mort.
Son mari avait était emmené dans un bâtiment de psychiatrie où il avait finalement décédé le soir de son arrivé. Il en était à la dernière étape et son cerveau avait finalement lâché, se noyant dans son propre jus.
Mais… son fils ? Son fils !!

… Son fils. Voila ce qui c’était passé…

Du sang, trop de sang...
Sa vue encombré par tout ce liquide, Halrid finit par ce relever et vaciller dans le salon. Les deux hommes étaient bien trop occupés pour faire attention son état. Il se dirigea vers la porte de derrière, chancelant, mais efficacement. Il était terrorisé, son cœur battait à tout rompre. Il lui fallait de l’air et surtout sortir d’ici !
Il émergea dehors, dans la neige il pu voir ses larmes de sang contraster avec la neige. Il voyait très mal, il ne comprendrait pas encore pourquoi sa vue était si diminuée.

L’enfant sauta la petite haie et marcha péniblement dans la rue, avançant vers un endroit qu’il ignorait. Si, maintenant il s’en rappelait, c’était au bout de cette rue que se trouvait le parc de jeux qu’il aimait tant. Quand il se disputait avec ses parents, il y courait s’abriter. Mais, tout semblait différent dans ce blanc et surtout tout ce rouge.
Halrid vit plusieurs personnes changer de trottoir à sa vue. Il était tard et ses gens rentraient chez eux, mais qu’avaient-ils à l’éviter ? Etait-il repoussant à ce point ?
- Sandra, non ne regarde pas.
Une mère enveloppa sa petite fille dans son manteau pour lui cacher la vue et augmenta le pas pour dépasser le pauvre garçon.

Le soir tomba et finalement, Halrid se laissa tomber de même contre une des structures de bois du parc. Une sorte de balançoire faite sur un tronc d’arbre. Il ne voyait pas très bien de quoi il pouvait s’agir. Il posa son dos calé contre le tronc pour se tenir. Il avait froid, il se sentait vidé de toute énergie… il se sentait mort. Et c’était ce qui allait arriver s’il n’arrêtait pas son saignement et ne soignait pas les blessures qui couvraient son corps.
Ses cheveux qui étaient blonds presque blancs à cette époque, étaient imprégnés du liquide rouge à leurs pointes. La chemise n’avait pas survécue non plus… plus grand-chose restait présentable après le passage de son père.
Trop faible pour rester seulement droit, Hal s’écroula dans la neige, observant d’un œil vitreux (d’un seul …fufu … non c’est pas marrant -__- ) les étoiles, les lumières aux alentours que les maisons propageaient. Il pouvait entendre une petite musique qu’il connaissait bien et les rires d’une famille réunie. C’était la veillée de Noel et lui, allait mourir dans la rue…

… des bruits de pas. C’était vrai ?
Il entendait quelqu’un marcher jusqu’à lui. Il n’était pas encore mort ou c’était à présent le paradis ? Il ouvrit péniblement son seul œil valide quand les bruits de pas s’arrêtèrent. Le ciel était noir et comme un ange, Halrid vit se pencher au dessus de lui un visage chaleureux. Froid mais si humain, si beau. Rude mais tendre. Halrid aurait voulu sauter à son cou. Mais ce n’était qu’un ange finalement… quelqu’un comme ça ne peut pas exister. Le cœur du garçon s’emballa furieusement malgré le peu de force qui lui restait. Il se mit à pleurer silencieusement, une joie inconnue le submergeant. C’était horrible, c’était atroce, il sentait ses larmes lui brûler la peau. Et il faillit tout simplement y laisser la vie, enveloppé par un enthousiasme trop grand, lorsqu’il vit la grande et puissante main de l’homme se tendre vers son corps recroquevillé. Une furieuse envie de vivre l’envahit tout entier et il saisit cette main avec autant de fermeté qu’il pouvait. Il tenta de se relever mais s’écroula sur ses jambes moles. Son ange ( l’homme ^^ ) le rattrapa de justesse, le souleva sans difficulté apparente et l’accueillit dans son chaud manteau de fourrure. Dans ses bras, contre sa poitrine, partagent le même duvet que lui, c’est ainsi qu’Halrid disparut.

L’inconnu emmena Halrid avec lui, loin de cette ville, loin de tout ce qu’il avait connu. Mais Hal ne vit rien de ces nouveaux paysages. Hal était mort. Physiquement, son corps vivait encore, son cœur battait. Mais le jeune homme était plongé dans un sommeil sans aube. L’homme n’avait pas demandé la permission au jeune garçon pour faire quelques tests sur lui et ne s’en priva pas. D’ailleurs, ce fut la clef de la survie du petit anglais. Halrid se vit gracieusement offrir un œil tout neuf. Son père avait complètement haché son œil gauche et le bel inconnu soigna la profonde blessure et offrit à Halrid un œil de verre. Ce n’était pas un œil essayant de reproduire au mieux l’ancien, mais un œil gris argent, sans pupille, sans rien, qui vous faisait froid dans le dos lorsqu’il se posait sur vous.
L’homme pensa aussi ses blessures avec beaucoup de soins et le temps passa jusqu’à ce qu’il remette à neuf sa charmante petite poupée de porcelaine.

Malheur, il y avait toutes les chances qu’ Hal ne se réveille plus. Les mois passèrent, les années. Pendant tout ce temps, Hal était surveillé par un charmante dame qui le maintenait en vie grâce à de stupides seringues, lui injectant régulièrement assez de tout ce qui était nécessaire à sa survie, et, petit à petit, le corps du petit garçon se métamorphosait en un charmant jeune homme, maigre et livide, mais si beau.
… quatre ans et demi s’écoulèrent et, un jour, docilement, doucement, les paupières du bel au bois dormant, se soulevèrent, dévoilant ses yeux et un regard fatigué mais vivant. Il agita ses lèvres sans bruits, il avait l’impression de s’en être jamais servi… il avait l’impression de naître.
Le jeune homme se leva du lit, enleva cette chose étrange plantée dans son bras et se traîna difficilement en dehors de cette chambre sombre, seulement vêtu d’une trop grande chemise. Il avait les jambes faibles et tremblantes, mais s’aidant des murs, il avança péniblement dans ce long couloir.
Il finit par entre des bruits de pas. Ses bruits de pas, si reconnaissables… élégants mais autoritaires. Hal accéléra le pas, il se mit à courir, il n’arrivait pas à marcher, mais courir était comme quelque chose de tout à fait différent. Il finit par le voir, cet homme, celui qui l’obsédait dans cesse. Qui était-il ? Ou l’avait-il déjà vu ? Il ne se souvenait pas du passé, mais il se souvenait de lui.
L’homme s’était stoppé, et plus très loin de lui, le jeune homme trébucha involontairement et plongea dans les bras de son sauveur. Il était beaucoup plus impressionnant même si, plus grand maintenant, il occupait plus de place dans ses bras. Mais cette chaleur, il la reconnaissait, elle l’envoûtait et l’attirait inévitablement.

- Tu as bien dormi... Fenrir ?

Les années recommencèrent à passer, mais d’une manière tout a fait différente. A présent, Fenrir ( le nom que lui avait attribué son « maître » ^^ ), vivait avec cet étrange homme. Il ne se souvenait plus de rien et était comme un nouveau né bien grand à qui on devait réapprendre pas mal de choses. Tout d’abord, marcher, il avait du subir un court apprentissage pour marcher correctement à nouveau et à présent, il c’était même prit de passion pour la course, en quoi il était vraiment fort en fin de course ^^. Il apprenait à manger correctement comme chez les nobles, à s’occuper de certaines taches ménagères, à apprécier la lumière du jour qu’il avait renié pendant longtemps après ce sommeil forcé et surtout il apprenait de lui-même à régler, petit à petit, ses émotions qui pouvaient être assez brutes au départ.
Mais le jeune homme n’arriva jamais à s’intégrer bien à nouveau à la société, troublé par de nombreuses choses qu’il ne comprenait pas (comme le fait de travailler) et surtout à cause du petit don d’empathie qu’il avait développé dans le noir, qui l’obligeait à s’éloigner des foules. Ainsi, il resta au service de son sauveur, devenant son petit domestique, son animal de compagnie ou même son jouet. Mais tant qu’il était avec lui, il ne demandait rien de plus.

Portrait Physique : Doté d’une beauté enfantine et délicate, Fenrir est une personne très agréable à regarder. Il donne souvent l’impression d’être une poupée, trop maigre et trop frêle qui ne tient qu’à être serrée dans les bras de son maître. Mais on imagine facilement que si on osait le serrer trop fort dans ses bras, il se briserait en fines particules de sable blanc. Pourtant, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, ses os sont plus solides que de la roche et il est plus robuste que ce que l’on pense.
Sa peau est claire. Elle n’est pas laiteuse, mais même s’il s’exposait toute une journée à un soleil brûlant, tout cela ne servirait à rien, sa peau resterait aussi claire et fraîche.

Ses yeux sont toujours brillants. A l’affût de nouvelles découvertes, ils sont munis de longs cils noirs et Fenrir a cette habitude de vous regarder, si malicieuse et sans gène, à vous en troubler. Ses iris semblent êtres des perles de nacres, d’un bleu gris, leur reflet argent étant tel et leur beauté autant. Malheureusement, il arriva un jour ou Fenrir perdit tristement son œil gauche, depuis, il est contraint de porter un œil de verre. Un œil tout à fait normal, sauf qu’il est totalement démuni de vie et on se demande toujours ce qu’il peut bien fixer. Comme s’il pouvait scruter l’intérieur de vous. Heureusement, la teinte de ses yeux fait que son regard reste tout aussi captivant et en aucun cas dérangeant.
Pour finir, les cheveux de Fenrir sont mi longs, aux mèches blondes et reflets châtains clairs selon l’éclairage.

Fenrir s’habille de façon très élégante mais à la fois simple. Il ne porte bien entendu que du noir et du blanc, à l’exception d’autres couleurs bien ternes et rarement portées. Ses habits se composent toujours d’ensembles très chics mais en aucun cas exubérants ou trop bourgeois (mais parfois – même souvent, - avec des magnifiques bordures, au col, aux manches et parfois s’emparant d’une partie de sa poitrine et d’une épaule. ) En fait, il laisse le plus souvent son maître choisir ses tenues à sa place, son goût de l’élégance étant plus développé que lui. Il lui arrive de porter de discrets gants de cuir, non pour être plus distingué, mais car il veux cacher les traces que lui laisse parfois le tir à l’arc, sur les mains, poignets et avant bras.
Fenrir essaye de son mieux d’avoir une bonne démarche comme lui on appris les cours de son maître. Mais il a toujours de la difficulté dans cette discipline, son naturel reprenant le dessus sur les bonnes manières. ( il est quand même très courtois au naturel je vous assure >__< ).

Caractère : Fenrir à un caractère très changeant et indécis selon la personne à qui il parle. Son don d’empathie est comme un radar qui lui permet tout de suite de savoir s’il peut faire confiance ou non. Il peut ainsi être doux comme un agneau, mais aussi indifférent à ce qui l’entoure ou même violent. Il change facilement de caractère, ne sachant pas vraiment comment se comporter. Son apprentissage de la vie n’était pas totalement fini, il essaye de se forger lui-même une personnalité, un fort intérieur, mais ce que lui apprend son maître et son ancien lui se mélangent et créent une grand confusion. Il reste donc quelqu’un d’imprévisible, pouvant être affecté par tout et par rien. Il est presque impossible de prédire ses réactions, mais la plus grande partie du temps, Fenrir reste quelqu’un de méfiant et déplaisant.
C’est quelqu’un de franc, il n’a pas d’interdits. Il ne connaît ni ce qui est bien, ni ce qui est mal. Trop de gentillesse de la part de quelqu’un peut facilement le dégoûter et l’énerver. Il peut donc être blessant ou très cru. Il ne se rend pas vraiment compte de ce qui peut être dis ou pas. Mais, être franc ne lui empêche pas de mentir, et quand il le fait, c’est plus dans son propre intérêt ou, rarement, pour une personne proche.
Il est dévoué et fidèle. Il est aussi très courageux, même imprudent. Il met sa vie facilement en danger en faisant des choses tout à fait insensées.

Fenrir pose beaucoup de questions à tout le monde. Il a en vérité oublié une bonne partie de son apprentissage lorsqu’il était encore Halrid. Du coup, il arrive qu’il demande des choses bêtes, mais parfois d’autres sensées. Il n’est pas pour autant idiot, il a juste oublié les significations de certaines petites choses. Mais il est aussi très vif sur d’autres sujets ^^.

Depuis que Fenrir est entré dans la haute bourgeoisie, il à pu découvrir de nombreuses choses grâce à Armand, mais sa découverte la plus frappante fut celle d’un étrange sport quelque peut dangereux ( si on se fout devant principalement ><) … le tir à l’arc. Fenrir étant gaucher et soufrant d’une cécité complète de l’œil gauche, c’était, grossièrement dit, mal barré. Mais le jeune homme se découvrit un vrai don pour la pratique du tir à l’arc et coup de chance, son œil viseur était le droit =3. Ainsi, il n’est pas rare de voir parfois le jeune homme s’exercer à cet art dans des endroits parfois insolites, ciblant n’importe quoi. ^^’’
Pour finir, Fenrir est une personne de très gourmande. Il aime la cuisine, n’importe qu’elle cuisine. Enfin bref, il aime se régaler. Il lui arrive de manger comme cinq, mais lui, reste maigre comme un clou. Sachez bien cuisiner et c’est dans la boite. ^___^

Questions hj :
Avatar : kine Aqua
Disponibilité de connexion : Très variable
Comment avez vous découvert ce forum ? On m’y a invité … je me trompe pas hein ?
_________________


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Sam Sep 2, 2006 05:36 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Armand Estagiel
Directeur


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2006
Messages: 239
Age: 40 ans
Extraction: Haute Bourgeoisie
Localisation: Tenez-vous vraiment à la connaître ?

MessagePosté le: Sam Sep 2, 2006 07:46 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Bon on va faire ça rapide, Fiche ref... *toussotte* Validée bien sûre Very Happy

ça me fait plaisir de te voir par ici tu sais *fait bizou*, et puis, accessoirement, d'avoir un beau jeune homme dévoué pour mon cher Armand Rolling Eyes (je précise, que l'idée ne venait pas de moi (j'ai juste suggéré quelques trucs...))

Je t l'ai déjà dit mais... elle a la classe l'useboard Cool
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Aramis De Lillois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2006
Messages: 72
Année: Terminale
Age: 17
Extraction: Noblesse

MessagePosté le: Sam Sep 2, 2006 09:38 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Un personnage qui me semble trés interressant (ca va faire des étincelles avec Anaël le trop gentil Laughing )
Rapellez-moi de ne pas le déranger quand il tire a l'arc. ^^" La scéne de l'oeil m'a bien dégouté quand même guuuh (bande de sphychopathe)
J'adore l'usebar Laughing
_________________

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Sam Sep 2, 2006 10:54 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Ah punaise ! C’est super bien écrit, l’histoire est originale à souhait mais…c’est trop gore ! Mouarf le pove petit T_T

Bienvenu en tout cas Very Happy et en effet la bare est super Shocked
_________________
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Sam Sep 2, 2006 11:09 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Que de violence dans une si courte existence ! Le pôvre ! Mais j'ai pris un réel plaisir à lire l'histoire qui, bien qu'elle soit gore à souhait, était magnifique, étourdissante, que dire d'autre ? Géniale, quoi.

Bienvenue ^o^

Bon et pour pas trop répéter ce que les autres ont dit... Hum... Hum... *se racle la gorge* Elle déchire trop l'userbar !
_________________

~ La liberté consiste à faire tout ce que permet la longueur de la chaîne ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fenrir
Propriété d"Armand


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 6
Localisation: Au bout de la laisse...

MessagePosté le: Dim Sep 3, 2006 10:53 am    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Merciiii

Je crois que je vais faire une crise cardiaque, je ne suis pas habituée à ce qu'on me fasse des compliments.
La seule chose qui me choque, c'est que vous trouviez l'histoire un peut gore... vous avez pas lu l'histoire avec Gabriel et tout vous nan ?! O___O (j’étais la seule à avoir le privilège d’être traumatisée par cette histoire alors ? .... maiiis naaan Baä, elle est juste un peut .... marquante… mais très belle. >< )

Merci pour l'usebar, j'ai essayé de reprendre les effets d'églantine pour pas avoir des usebar qui différent trop de style. (en plus elle sont très belles les siennes =3 )

En tout cas je ne m’attendais pas à un tel accueil, je n’oublierais pas, merci.
zouuuuu
_________________


Revenir en haut
Eglantine Lacroix
Vétéran


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2006
Messages: 164
Age: 26 ans
Extraction: Aisée
Localisation: Paris, France

MessagePosté le: Dim Sep 3, 2006 11:06 am    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Nan t'es pas le seul à avoir été traumatisé par l'histoire de Gabriel x[ *en tremble encore*

Citation:
en plus elle sont très belles les siennes =3 )


rroh, merci ! kisuu
_________________



Dernière édition par Eglantine Lacroix le Dim Sep 3, 2006 11:14 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jules Montaigu
Vétéran


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2006
Messages: 48
Age: 28 ans
Extraction: Vieille noblesse
Localisation: A l'institut... ou ailleurs!

MessagePosté le: Dim Sep 3, 2006 11:12 am    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Fenrir a écrit:
Merciiii

Je crois que je vais faire une crise cardiaque, je ne suis pas habituée à ce qu'on me fasse des compliments.
La seule chose qui me choque, c'est que vous trouviez l'histoire un peut gore... vous avez pas lu l'histoire avec Gabriel et tout vous nan ?! O___O (j’étais la seule à avoir le privilège d’être traumatisée par cette histoire alors ? .... maiiis naaan Baä, elle est juste un peut .... marquante… mais très belle. >< )

Merci pour l'usebar, j'ai essayé de reprendre les effets d'églantine pour pas avoir des usebar qui différent trop de style. (en plus elle sont très belles les siennes =3 )

En tout cas je ne m’attendais pas à un tel accueil, je n’oublierais pas, merci.
zouuuuu
L'histoire avec Gabriel? Celle qu'Armande a écrit?^^

Bienvenue! Je pensais te l'avoir dit mais apparemment non^^ J'aime bien l'histoire (histoire de varier^^) et l'userbar (qui m'a fait marrer^^)
Revenir en haut
Eglantine Lacroix
Vétéran


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2006
Messages: 164
Age: 26 ans
Extraction: Aisée
Localisation: Paris, France

MessagePosté le: Dim Sep 3, 2006 11:15 am    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Celle-là même...
Moi aussi z'aime bien l'histoire, je suis curieuse de voir ce que ça pourrait donner en RP.
_________________

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jules Montaigu
Vétéran


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juil 2006
Messages: 48
Age: 28 ans
Extraction: Vieille noblesse
Localisation: A l'institut... ou ailleurs!

MessagePosté le: Dim Sep 3, 2006 01:59 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Je l'ai lu aussi et 'javais beaucoup aimé (même si j'avais pas tout compris! mdr)
Revenir en haut
Armand Estagiel
Directeur


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2006
Messages: 239
Age: 40 ans
Extraction: Haute Bourgeoisie
Localisation: Tenez-vous vraiment à la connaître ?

MessagePosté le: Dim Sep 3, 2006 03:14 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Tient on parle de moi ? XD (décidémment, elle me colle à la peau cette fameuse histoire, je commence à me demander si ça se sera pas la seule chose qui restera de moiiii *nimp*)
Bref... nous ne sommes pas là pour parler de ça Confused (mais merciii)

J'suis contente que le "nouveau jouet" du directeur vous plaise en tout cas (j'ai créer un rang spécial riiien que pour toi Fenrir (la chance hein ? Rolling Eyes ))
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gabriel Lelierre
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2006
Messages: 133
Année: Terminale
Age: 17 ans
Extraction: petite bourgeoisie

MessagePosté le: Lun Sep 4, 2006 01:50 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

Je passe un peu tard, je sais mais bon...vraiment une belle fiche ^^

J'ai été prise par l'histoire, c'est pas ma faute, elle était bien faite n'empêche que le truc avec l'oeil....zarbi 'fin bon, bien décrit quand même (quelles images quand même XD)

Et ah viii, j'adore trop l'userbar aussi *w* pas qu'elle soit vraiment belle (les couleurs ne me font ni chaud ni froid, à part le rouge) mais elle est bien réalisée ^^
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fenrir
Propriété d"Armand


Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 6
Localisation: Au bout de la laisse...

MessagePosté le: Lun Sep 4, 2006 03:14 pm    Sujet du message: [Validé] Fenrir Répondre en citant

rha, contente que je soit pas la seule traumatisée par cette histoire. lol

Ba vii, je suis très contente de mon rend. Merci Armande =3 ( c'est un cadeau de fiançailles ? *0* )

Ola, c'est bon pour l’usebar hein ><. J'ai juste pris trois images, je les est intégrées les unes aux autres, un petit effet lumière, l'effet brillant d'églantine et un texte, vous pouvez le faire vous aussi vous savez. Confused
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:10 am    Sujet du message: [Validé] Fenrir

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> Hors Jeu >>> Présentations Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo