Institut Estagiel Index du Forum
Institut Estagiel
1875 - Une école élitiste qui renferme de bien sombres secrets...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Découverte des lieux
Aller à la page: 1, 2  >  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> Premier étage >>> Grand Salon
Auteur Message
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Lun Aoû 21, 2006 04:10 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Un peu ailleurs ce jour là, ces déambulations plus qu’aléatoires à travers l’institut le menèrent finalement face à la porte de cette pièce. Par curiosité, il l’avait ouverte mais ce fut pourtant par nécessitée qu’il était entré; l’endroit était vide, il y serait donc seul. Soulagé, il se rendit néanmoins compte que tôt où tard il ne pourrait plus fuir la compagnie des autres et qu’il serait bel et bien obligé d’accepter leur présence. *Tôt ou tard ? A choisir, je préférais que se soit le plus tard possible.*

Son regard inerte balaya alors le grand salon, s’attardant quelques secondes sur les divans de velours puis sur les jeux de société. D’humeur sombre, il ne sourcilla même pas, sans doute n’y trouva-t-il que peu d’intérêt ? Un grand jeune homme à la démarche et à la posture altière voilà ce qu’il était. Ses traits n’avaient par nature certes rien d’exceptionnels, pourtant il n’était pas laid et son don mit à part, il dégageait quelque chose d’étrange…un charme à la fois sombre et captivant accentué par deux yeux bleus aussi clairs qu’expressifs.
Par réflexe, il desserra d’un geste gracieux l’hideuse cravate qui lui enserrait le cou depuis des heures. Se sentant déjà mieux, il remarqua soudain la présence des instruments de musique de l’autre coté de la pièce.
*Voilà enfin quelque chose d’intéressant*

Les mains dans les poches, il s’approcha tranquillement du piano à queue. Rêveur, il effleura les touches du bout des doigts sans pour autant s’asseoir ni même jouer une seule note. Soudain, quelque chose sembla le gêner dans sa contemplation de l’instrument et sans attendre, il retira assez brusquement la grossière paire de lunette posée sur son fin nez aquilin. Une gène, voilà ce que représentait ces verres qui en réalité ne lui servait à rien d’autre que s’enlaidir afin de mieux passer inaperçu parmi la foule.

Finalement il joua quelques notes vibrantes ; un chapelais de sons entrecoupé de temps à autre par quelques sombres et lourds silences saturés en émotions. Les yeux clos, l’esprit d’Hugo s’égarait peu à peu vers cet ailleurs, un endroit qu’il ne pouvait plus atteindre désormais…à part peut être dans ses rêves et ses souvenirs.

_________________
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Lun Aoû 21, 2006 04:10 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Mar Aoû 22, 2006 04:52 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Louise était arrivée avec le train tôt ce matin. L'air était pur, beaucoup trop pur par rapport à l'air malsain de Paris auquel elle y était plus habituée. Malheureusement, elle devrait y faire avec, sa vie l'ayant conduite ici. Elle n'allait pas se démoraliser à cause d'une athmosphère saine ! Ca ne fait pas sérieux... Louise arriva donc avec le train de cinq heures trente, une heure qui lui convenait parfaitement, elle qui ne s'endormait qu'à ce moment là. La nuit avait été longue mais pourtant Louise n'en était que plus rafraîchie et le contact de l'air frais l'avait légèrement rosie donnant une teinte plus vivante à son pâle visage. C'est donc réveillée et pleine d'ardeur que Louise avait pénétré dans l'établissement. Elle n'avait guère passé de temps au hall et était plutôt directement allée déposer ses affaires.

Toujours aussi responsable, la courtisane décida ensuite de faire un petit tour des lieux, permettant aussi peut-être de rencontrer les autres élèves. Malgré tout son courage pour garder les yeux ouverts, Louise s'était finalement endormie au détour d'un couloir, se laissant à la portée de n'importe qui. C'est seulement en se réveillant qu'elle se rendit compte de sa bêtise. Elle qui se targuait de résiter à n'importe quoi, voilà qu'elle n'avait pu résister à l'un des ennemis les moins dangereux : le sommeil.

Maudissant son orgueil, Louise poursuivit calmement sa visite, inspectant chaque recoin à sa portée, mais seulement après avoir arrangé sa robe un peu pliée à cause de sa soudaine sieste bien évidemment. Un sourire sur les lèvres, elle se dirigeait plus au gré de ses envies que par réelle organisation, préférant plutôt effectuer une balade simple et agréable. Quelques notes venant d'un piano se soulevèrent soudain, chacune espacée par un silence lourd mais remplis de sentiments étranges. Louise chercha un instant la source de ces bruits avant d'arriver devant un porte assez impressionnante pour elle.

Restant un instant titanisée, elle ne bougea plus se contentant de coller son oreille à celle-ci au cas où quelqu'un s'y trouverait. Louise n'avait jamais été habituée au contact avec les gens de sa tranche d'âge et redoutait l'instant où elle devrait s'y habituer. Louise qui n'était d'habitude jamais si timide ne fit qu'entrebailler la porte pour observer la salle qui sa cachait dérrière.

Le luxe de la pièce l'étonna. Apparemment c'était la couleur bleue qui gouvernait cette pièce dont l'usage n'apparaissait toujours pas à la jeune fille. Les fauteuils de velours donnaient envie à Louise de s'en approcher pour les caresser mais la bienséance et l'envie d'observer le reste la tentait trop. Entrebaillant un peu plus la porte, son regard parvint à une table où se trouvaient quelques jeux de société notamment des échecs. Un bon point pour cettepièce ! Peut-être y avait-il même un jeu de cartes ? Louise aimait beaucoup jouer au poker... Croyant que la salle était vide, Louise entra et son regard fut attiré par quelqu'un à proximité du piano. C'était un jeune homme d'une vingtaine d'années. Ses yeux étaient d'un bleu clair...envoûtant. Louise rougit en se rendant compte de sa maladresse, elle qui croyait être seule, on pouvait croire que quelqu'un lui avait joué un vilain tour.

La couleur que prit son visage fut assez originale, approchant d'un rouge vif mais conservant néanmoins à certains endroits la pâleur naturelle de la jeune fille. Louise ne parla pas pendant un court instant avant de prendre doucement son inspiration et de regarder délibérément un endroit loin de celui où se situait le beau jeune homme élégamment habillé.


« Je m'excuse monsieur... Je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un.... Ma...maladresse est impardonnable. »

D'un geste gracieux, elle esquissa une révérence dans sa robe trop courte et noire comme le jais. Elle s'empêchait de regarder le jeune homme qui lui laissait une impression un peu trop agréable à son goût. Et oui... Louise est une fille compliquée. Quand quelqu'un l'intéresse, elle fuit littéralement de peur à avoir souffrir. Le manque de chance dirions-nous ? Toujours est-il que Louise tentait tant bien que mal de retrouver un aspect acceptable aux yeux de cet homme faisant sûrement parti d'une bonne classe bourgeoise. Quel état pitoyable devait-elle présenter à cet instant ?

Redoutant les paroles de la deuxième persone présente, elle préféra fermer son visage à toutes émotions et à fixer d'un air serein le piano à queue duquel sortait un son magnifique tout à l'heure. Tout était si facile à ce moment. Un lot de questions arriva dans la tête de la jeune courtisane. Comment s'appelait-il ? Etait-il marié ? Amoureux ? Son coeur était-il occupé ? Le genre de questions que se posent une fille normale éprise mais pas habituellement Louise. D'habitude... tous les hommes la laissaient froide, ansi que les femmes. Pourquoi se réchaufferait-elle maintenant ? Combattant tous les mots qui voulaient dépasser ses lèvres, Louise garda la maîtrise d'elle-même et attendit une petite réaction, n'importe laquelle, de la part de cet inconnu.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Mar Aoû 22, 2006 06:56 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

L’apaisement qu’il éprouva l’emporta loin, si loin qu’il en oublia même où il se trouvait et ce qu’il faisait. Peu à peu, les notes s’étaient raréfiées à mesure que son âme s’égarait dans des limbes de songes. Il revoyait son sourire. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, c’était la première chose chez elle qui l’avait frappé, ses lèvres roses et parfumée et la blancheur de ses dents les rendant encore plus exquises. Mais en fin de compte tout cela n’était qu’un rêve, un mirage juste assez ressemblant pour y croire quelques secondes mais pas assez pour duper celui qui de son vivant avait goûté à un tel fruit au goût sucré.

Cette révélation faite, il redescendit brusquement sur terre. Un peu déstabilisé, il recula d’un pas cherchant visiblement à augmenter la distance qui le séparait de l’instrument de musique qui causa tant d’égarement. Rassuré par le calme ambiant, il songeait à quitter les lieux quand soudain il la vit. Une jeune femme toute vêtue de noir lui faisait face mais le pire était qu’il ne l’avait même pas entendu arriver. D’où venait-elle ? Apparemment, ce n’était pas une domestique, du moins c’est l’impression qu’elle donna d’emblée au jeune homme qui se demandait encore si il n’était pas entrain de rêver.
La surprise passait difficilement. Statique, Hugo observait la nouvelle venue tandis qu’à son tour il était la cible d’une foule de questions la concernant. Le prenant de court, elle s’excusa poliment presque aussitôt. Timide et bienveillante en apparence, son comportement semblait des plus normal jusque là ce qui, il fallait bien l’admettre, était de bon augure pour quelqu’un doté d’une particularité telle que celle d’Hugo.
Rapidement, ses yeux d’un bleu désarmant détaillèrent des pieds à la tête la jeune Louise tandis qu’il songeait au genre d’attitude qu’il devrait adopter à son encontre. Mais il ne fallait pas se méprendre car bien qu’il la trouvât fort jolie après ce bref examen, sa seule véritable préoccupation du moment était en réalité de l’évaluer afin de cerner si elle représenterait un risque quelconque à l’avenir.


-Je vous en prie, ne vous excusez pas. Cette salle est commune il me semble, elle est à la disposition de tous.

Puis il brisa le silence. Sa voix était celle d’un adulte, grave et posée. Assez sérieux jusque là, il se détendit à nouveau sans raison apparente. Tout à coup, il reposa distraitement sa paire de lunette sur son nez après quoi il ajouta simplement tandis qu’il s’inclinait poliment :

-Hugo Valère, enchanté mademoiselle.
_________________
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Mar Aoû 22, 2006 07:45 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Louise se sentait fort ennuyée. Elle qui faisait tout pour passer inaperçue dérangeait une personne apparemment riche par ses vêtements et son allure statique. Se retenant de se frapper la tête à grandes gifles, la jeune fille esquissa un maigre sourire, ce qui était déjà pour elle-même un exploit. Louise ne souriait que très rarement. Ses lèvres semblaient trop habituées à embrasser qu'à se reconforter en souriant. Louise ne connaissait presqu'aucun signe de joie mais elle s'était dite que pour une fois... Elle devrait faire un effort. Le jeune homme s'excusa également et la courtisane se posa une nouvelle vague de questions. Mais elle l'avait dérangé ! Son père la frappait souvent pour moins que ça ! Et lui...lui, il s'excusait.

Au lieu de mettre à l'aise Louise, ce comportement ne fit que renforcer son trouble et elle s'efforça de le cacher. Si elle n'était pas de bonne naissance... Autant le faire croire ou au moins le laisser supposer. Le regard bleu de l'homme l'avait détaillée, elle était au courant, mais elle ne savait pas si elle faisait belle à voir. Elle y priait du moins. Louise se sentait un peu plus en confiance par le ton sérieux et posé du jeune homme. C'était un bon point pour lui, non pas qu'elle détestait les personnes extraverties mais quelqu'un de sérieux gardait les convenances et les bonnes manières dans sa tête. Enfin... elle l'espérait au fond d'elle-même. Louise n'était pas timide, loin de là, mais son désir de rester discrète et sa surprise de découvrir quelqu'un ici avaient comme installés cette attitude sûrement passagère.

Un geste désinvolte pour remettre ses lunettes et Louise perçut un léger changement dans son attitude. Il devait se détendre un peu. Se fiant à son intuition, elle avait une terrible envie de continuer à discuter, éreintée par ce long voyage et cette sieste d'une durée indéterminée qu'elle avait effectuée dans une position fort peu confortable. Son cou tirait et ne parlons pas de ses jambes... Les effets de son égarement ne se faisaient ressentir qu'à cet instant. Elle retint une grimace de douleur à temps en entendant l'homme se présenter.

Une pensée lui traversa l'esprit. Pourquoi ne s'était-elle pas présentée ? Quelle gourde elle faisait ! Le comble de la malpolitesse ! Elle rougit de nouveau et baissa les yeux, honteuse. Vraiment... la compagnie ne lui faisait pas du bien pour l'instant...Il est vrai que cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas vraiment discuté avec quelqu'un. Normalement. Une conversation tout ce qui a de plus banale. Non, cela faisait trop longtemps. Il fallait absolument qu'elle réagisse à la présentation. Une petite voix dans sa tête le lui commandait. C'est comme si elle répétait ce même mot : 'Réagis...Réagis...Réagis !'. Ecoutant finalement cette petite voix qui était sûrement bienveillante, elle releva la tête et regarda doucement Hugo après qu'il se soit relevé.


« J'en oublie toutes les convenances... Excusez-moi une fois de plus. Louise Dantois... Je suis également enchantée monsieur Hugo... »

Sa voix était aussi douce que sérieuse et dans ses yeux ont pouvait lire autant la gentillesse que le signe d'un esprit acéré. Ne sachant pas si elle avait le droit de l'appeler ainsi, elle ouvrit à moitié la bouche, semblant vouloir s'excuser de nouveau, puis se ravisa, attendant plutôt un signe qui pourrait l'aider. Comme pouvait-on être aussi maladroite ? Louise ne le savait pas. Mais le jour où elle tiendrait la cause de ses ennuis, que ce soit Dieu, le Diable, Satan ou ses parents... Elle lui fera passer un sale quart d'heure. De toute façon aux yeux de l'Eglise, son âme est déjà damnée... Qu'avait-elle à perdre ? Rien. Rien à part ce don... Son don. L'invisibilité, comme cela lui allait bien ! Si elle n'avait point voulu garder le secret sur celui-ci, il y a bien longtemps qu'elle se serait enfuie... Et puis... il y a aussi son manque d'entraînement.

Elle écarta ses pensées sans importance, quoiqu'elle voulut qu'elles se réalisent, et préféra se concentrer sur la conversation. Ce fut seulement à ce moment là qu'elle analysa parfaitement la première phrase sortie des lèvres d'Hugo. C'est la salle commune ! Sans raison apparente, passa sur son visage un éclair de compréhension. Ce qui expliquait les instruments, les fauteuils et les jeux... La catin comprenait mieux à présent... Tout semblait si simple après avoir trouvé la réponse ! Elle fut même étonnée de ne pas l'avoir compris tout de suite. Elle fit un deuxième sourire, un peu plus convainquant mais toujours aussi mince, à l'attention d'Hugo, comme pour le remercier. Il ne comprendrait peut-être pas, mais ça... au fond elle s'en moquait un peu. Ne donnant aucune indication sur ses pensées ou sentiments, son visage se ferma de nouveau, ne laissant que ses yeux pleins de tristesse et de douceur évoquer une quelconque émotion.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Mer Aoû 23, 2006 02:45 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

* Monsieur Hugo…* Songeur, il se détourna tranquillement de la jeune fille pour se rapprocher des divans d’un pas lent. Depuis combien de temps ne l’avait on appelé ainsi ? Ces quelques mots réussirent à capter son attention ; une distorsion plutôt étonnante venait de se créer entre l’aspect cossu de Louise et son langage qui semblait soudain suggérer une réalité toute différente. Intrigué par la question, il réalisa en fin de compte que la dernière personne à s’être adressé à lui en ces termes n’était autre…qu’un de ses domestiques.
*Et bien, qu’avons-nous là ? Une jeune femme plutôt jolie, de la prestance, de l’allure et pourtant…allons allons, peut être me fais-je des idées, évitons les conclusions hâtives.*

Serein, il s’adressa à la dame presque aussitôt. Le ton sérieux qu’il emprunta pour respecter les convenances se voulait en réalité un brin cynique et amusé : -Pardonnez mon impolitesse mais le voyage fut long et éprouvant et puis ce serait faire injure au confort de cette pièce que de ne point s’y reposer, vous ne trouvez pas ?

Longue formule contre action rapide car pour résumer, Hugo voulait simplement s’asseoir. La bienséance, l’étiquette, on les lui avait inculqué, un peu sur le tard certes mais de manière suffisamment stricte pour qu’il n’oublie que très rarement de s’en défaire. Alors voilà, il jouait le jeu, se pliait aux convenances même si parfois en effet, cella l’agaçait ou l’amusait selon ses humeurs.
Une fois installé, il laissa courir son regard électrique sur la table basse puis sans se presser, il s’empara d’un jeu de carte tout neuf. Gracieux dans ses gestes comme il sied à son rang, il s’adressa à nouveau à Louise tandis que les figures, les piques, les cœurs et les as dansaient une folle sarabande sous ses doigts agiles :
-Jouons à un jeu voulez vous ?
_________________
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Mer Aoû 23, 2006 05:51 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Louise devait garder la tête claire. Elle arrangea dans un moment de sérénité ce qu'elle venait d'apprendre. Un, il s'appelait Hugo Valère, ce qui suggérait une classe bourgeoise et pas de noblesse. Deux, il se comportait comme un gentilhomme. Elle pensa donc qu'il devait appartenir au moins à la classe moyenne, la petite étant légèrement... pas moins polie mais... plus libérale disons. Louise ayant cotoyé autant de bourgeois que de nobles ne pouvait pourtant pas dire à quellle classe Hugo appartenait. Il faut dire que les hommes étaient différents au lit que dans la société... Songeuse à ses propres pensées, Louise s'échappait un peu de la vie réelle pour un moment.

Des souvenirs revenaient. Des souvenirs autant agréables que parfois tristes. Elle avait gâché sa vie. Louise avait gâché son exisctence et la seule façon de s'en sortir serait un diplôme qui lui ouvrirait les portes d'études supérieures. Si elle y arrivait... Ce serait fini pour elle cette vie sale et décadente... Fini ses heures à combler un homme alors qu'elle-même voulait être comblée...Vivre...comme les autres. N'avait-elle vraiment aucun droit à rêver ? Ces utopies seraient-elles cassées les unes après les autres avant qu'elle ne sombre dans la folie ?

Quand son attention fut rappelée à l'ordre, le jeune homme était près d'un divan et lui parlait d'un ton sérieux mais qui décelait un peu de cynisme...et...de l'amusement. Louise haussa un sourcil. Bien que cette phrase avait été fort polie et avait respecté toutes les convenances, elle n'aimait pas vraiment qu'une sorte de ton 'caché' s'y trouvait. Si il voulait se moquer d'elle... Autant qu'il le fasse tout de suite ! Elle y était de toute façon habituée, alors... Cela ne lui faisait ni chaud, ni froid. Ecoutant néanmoins la phrase avec un calme serein, elle hocha de la tête par approbation.

Il était vrai que le voyage avait été long mais Louise, elle, s'était déjà reposée dans les couloirs. Elle le regarda donc s'asseoir avant de rejoindre le divan à pas longs et gracieux, sans faire de bruit, comme elle l'avait toujours fait. Elle s'assit doucement et élégamment un peu plus loin qu'Hugo pour, d'abord ne pas le déranger, ensuite pour respecter la distance qu'elle aimait mettre en elle et un représentant masculin. Louise ne voulait plus jamais servir d'objet. Le jeune gentilhomme s'empara toujours aussi agilement d'un paquet de cartes et les mélangea gracieusement pendant qu'il s'adressait à elle.

La jeune fille eut un regard rusé. Elle ne savait pas si le poker était un jeu auquel jouait les gens de bonne naissance, mais c'était un jeu dans lequel elle excellait. Enfin... à la maison close. Les courtisanes étaient réputées pour leur figure sachant exprimée soi-disant n'importe quelle expression, ce qui était vrai pour certaines, dont Louise. Mais la jeune fille préférait plutôt garder un visage impassible qu'une fausse émotion, cela n'était tout d'abord pas amusant et ensuite une façon beaucoup trop facile pour gagner. Non... Le poker se gagnait par l'impassibilité et non par le faux, bien que le jeu se basait sur cela.

Elle approuva légèrement de la tête et la pencha délicatement sur le côté. La nature l'avait dotée d'un visage innocent mais d'un culot effroyable. Il ne fallait pas s'étonner d'une réaction. Bien qu'elle gardait une figure sérieuse, Louise pouvait parfois sortir de ces bêtises...Inimaginable. C'est donc avec cette même expression qu'elle proposa son idée.


« Avec plaisir... Que pensez-vous... Du poker ? Et au lieu de miser de l'argent... Misons... des questions ! »

Elle le déclara comme si c'était la première idée qui lui passait par la tête. La jeune fille esquissa un sourire qui était sincère mais toujours quasi inexistant. Elle ne lui tendait pas un piège, en aucune façon elle n'oserait, mais c'était bien des informations qu'elle cherchait. Et puis si elle perdait...Ce ne serait pas la fin du monde. Mais tout d'abord il fallait qu'il accepte son idée, ce qui ne sera pas forcément facile. Louise espérait cependant que sa réponse serait oui. Sinon... Ce n'était pas grave, ils joueraient à autre chose. Le poker à deux personnes était un jeu fort difficile. Le stress était plus grand et l'excitation le plus souvent à son comble. Vraiment...Ce jeu lui plaisait. Il mettait à l'épreuve les nerfs des gens et une vieille catin lui avait dit un jour que : "le jeu réfléchissait la personnalité du joueur". Sans le vouloir, même si elle perdait, la jeune catin apprendrait quelque chose sur Hugo. Cette idée lui plaisait. Ce fut avec une impatience non dévoilée et non désirée que Louise attendit la réponse du jeune homme.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Mer Aoû 23, 2006 10:50 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Agiles, ses mains battaient les cartes machinalement tandis que l’audacieuse proposition parvenait à ses oreilles. Soudain plus attentif et à l’écoute, il réalisait l’aplomb de Louise : elle n’avait pas froid aux yeux et c’était encore plus étonnant venant d’une si jeune femme au visage angélique. Toujours calme en apparence, il n’interrompit pas son geste pour autant. Imperturbable, il commenta simplement sur un ton neutre : - Le poker ? Décidément vous me surprenez Mademoiselle Dantois.
Après un moment de réflexion, il lança un regard inquisiteur à la dame avant d’ajouter de sa voix grave et sur un ton emprunt de mystère : - Certaines vérités valent leur pesant d’or, c’est du moins ce que l’on raconte. Si c’est bien le cas alors votre proposition me semble honnête…Au fond, sans "enjeu concret" la partie perdrait tout son sel

A son tour, porté par la curiosité, il se montra irrévérencieux car le message était plutôt clair : il se demandait si le jeu en valait vraiment la chandelle. Sachant qu’il avait de quoi miser de son coté, la question du moment était de savoir ce que la charmante et douce Mademoiselle Dantois pourrait bien lui révéler d’intéressant si par Dieu sait quel miracle il l’emportait. Se rendant compte qu’il perdrait probablement son temps car c’est vrai, qui s’amuserait à révéler ses secrets les plus intimes à un parfait inconnu ? Il n’en restait pas moins que l’idée lui paru intéressante, assez pour le motiver à participer et à donner le change.

- Très bien, je relève le défit. J’avoue pour ma défense que je n’ais pas pour habitude de jouer au poker mais soit, je ne me défilerais pas devant une proposition si… rafraîchissante.
Il voulu dire surprenante mais il se retint de peur d’offenser la dame dont il commençait à apprécier le curieux tempérament.
D’un geste gracieux il lui tendis le paquet de carte, cela tombait sous le sens à ses yeux mais il préféra tout de même ajouter à toutes fins utiles
: - A vous l’honneur. Comme je vous l’ai dit, je ne suis guerre familier à ce jeu mais ne vous inquiétez pas, je pense malgré tout en connaître suffisamment les rudiments pour pouvoir m’en sortir.
_________________
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Sam Aoû 26, 2006 11:32 am    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Louise s'amusait réellement de la réaction d'Hugo. Experte dans l'art du détail, elle pouvait repérer le changement qui venait de s'effectuer chez son interlocuteur. Pas du tout flagrant, elle eut même beaucoup de mal à le percevoir tant son visage était rester...neutre. Imperturbable. C'était comme si... il était plus à l'écoute. Il était vrai que quand elle sortait des bêtises avec son visage si séreiux, il y avait de quoi s'étonner. Louise avait un physique avenant mais une personnalité aussi sérieuse et réfléchie que n'importe quelle autre personne. C'était juste plus difficile à admettre chez elle. C'était ce qu'elle pensait en cas. La jeune catin n'avait malheureusement pas la chance de lire dans les pensées. Disons qu'en consolation elle pouvait se rendre invisible.

En entendant les paroles prononcées par ce fier jeune homme, Louise approuva intérieurement. Mais certains secrets n'ont pas de prix et mieux vaut les enfermer dans des coffres à double tour. C'était parfois le mieux à faire... Le ton qu'il avait emprunté éveilla la curiosité de Louise. Avait-il quelque chose à cacher ? Si oui, la seule question à se poser était... quoi ? En tout cas, la partie s'annonçait intéressante. Louise avait beaucoup de secrets, bien que les révéler lui serait fortement difficile, elle savait qu'elle avait de quoi discuter et divulger. Si elle remportait la partie, ce qui, sans vouloir se montrer orgueilleuse, lui semblait bien parti, elle ne poserait que des bénines questions pour l'entraîner à recommencer à jouer. Ce serait peu à peu qu'elle poserait des questions intéressantes à ses yeux et peut-être gênantes aux yeux de ce jeune homme.

Juste à la pensée de gagner, Louise sourit intérieurement. Pour elle, le jeu en valait la chandelle. Si elle perdait, elle devrait peut-être raconter des secrets assez gênants et, avouons-le, elle en avait à revendre. La proposition était sûrement alléchante car il accepta, ce qui étonna la jeune fille d'ailleurs. Elle savait que cela était assez difficile pour un bourgeois d'accepter un tel jeu. Hugo prenait, d'une certaine façon, beaucoup de risques. Louise fut sûre dès ce moment de la classe du jeune homme. La moyenne bourgeoisie. Ca n'avait pas été si compliqué en fin de compte. Déjà une question à rayer à la si longue liste qu'elle avait commencée à rédiger mentalement. Elle n'était pas sûre de gagner, mais les chances étaient apparemment de son côté. Comprenant que Hugo n'était pas vraiment un expert au poker, elle se promit de ne pas être méchante et jouer à un niveau moins élevé. Elle déciderait au cours de la partie de rehausser le niveau ou pas. Cela dépendrait de son adversaire.

Quand le jeune bourgeois changea de mot pour dire rafraîchissante au lieu d'étonnante ou surprenante, Louise rit sous cape. Elle ne se véxait pas facilement, mais ça le jeune homme ne le savait pas encore. Peut-être le saurait-il plus tard ? Pour l'instant, elle devait se concentrer sur le jeu et quand il lui tendit le paquet, elle fut un instant étonnée avant d'entendre le début des explications. C'était normal. Elle prit délicatement le paquet et le déposa sur la table. Elle défit simplement les lanières qui retenait les tissus sur ses gants et les enleva élégamment. Louise les plia et les rangea sur le côté, laissant maintenant dévoilées ses deux mains douces et délicates, expertes dans les caresses.


«Merci... »

Sa main survola le paquet déposé sur la table et un frisson la parcourut. Un frisson...quasi inexistant mais qui avait remué intérieurement Louise. Ce frisson était un signe d'excitation qui cachait les autres gestes qu'elle aurait pu exécuter. Un doux frisson, comme un sensible survolement de sa colonne vertébrale. Remise de cette simple émotion, elle prit le paquet et le regarda un instant avant de retirer toutes les cartes dont ils n'auraient pas besoin. Les deux, les trois...Les quatres et les cinq. Ce fut fait. Ensuite, avec des gestes témoignant son expérience, elle battit les cartes, les faisant passer d'une main à l'autre sans les toucher. Elle ne fit aucun sourire ou clin d'oeil. Seul ses yeux pouvaient dès à présent évoquer quelque chose, faire penser à une émotion. La seule partie de son corps qu'elle ne savait pas 'dissimuler', transformer à sa guise. Ses yeux étaient libres. Il faisait ce qu'ils voulaient et montraient ce qu'ils voulaient.

Elle distribua cinq cartes au bourgeois et cinq cartes à elle-même et installa ensuite le paquet au centre de la table, pour que personne, y compris elle, ne pourrait tricher. Elle posa la main sur les cartes et respira profondément avant de les retourner et de les observer à son aise. Le rois de pique... Le roi de coeur...le sept de trèfle...le dix de carreau et le roi de carreau. Un petit éclair de plaisir traversa ses yeux. La chance était avec elle aujourd'hui. Elle avait un brelant et de rois en plus. Si il avait été d'as, ça n'aurait pas été mieux, mais là... Elle était même étonnée par le destin. Peut-être adresserait-elle une prière à ce...Dieu pour le remercier ? Louise n'était pas du tout croyante mais dans certains moments, elle croyait que quelque chose les gouvernait. Une force supérieure. La jeune fille revint à ses occupations du moment. Sa langue effleura ses lèvres, plus par habitude que pour aguicher et elle commença.


« Je mise une question... et je relance de une. »

Elle mettait deux questions en jeu. C'était bien faible pour commencer mais tout se jouerait sur son comportement, elle devait donc faire attention. Louise fit un petit geste pour écarter ses cheveux d'une de ses épaules et considéra gravement Hugo.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Sam Aoû 26, 2006 03:14 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Soudain, la jeune femme dévoilait son jeu. Bien entendu, ce n’était pas de poker dont il était question en l’occurrence mais bien de sa personnalité. Louise laissait transparaître de par ses gestes et sa réaction, un sang froid très peu coutumier, surtout pour quelqu’un de son age et de son rang. Dérouté, il se demandait encore comment une créature si jeune et inoffensive en apparence pouvait agir de la sorte ; où avait elle bien pu apprendre à manier les cartes si habilement ? Flegmatique en apparences, il n’en restait pas moins très surprit dans le fond. Son regard azure se posa de nouveau sur la jeune femme, animé par tant de questions, d’illogisme dont la compréhension lui échappait cruellement. Jusque là, il était resté plutôt indifférent à la situation, un jeu ? Pourquoi pas, ça où autre chose, quelle importance ? Mais à présent, il voulait savoir, aussi étrange que cella puisse paraître, il voulait comprendre.

Quel age avait-elle? Seize, dix-sept ans *? Et pourquoi ce noir, pourquoi ces yeux remplis de vide et si absents ? Soudain, il s’imagina l’espace d’un instant la silhouette sombre de la jeune femme perdue quelque part, loin, au cœur d’une de ces froides landes issues tout droit des Hauts de Hurlevent. Droite et fière malgré l’adversité, il la voyait peut être à tord de cette façon ; Louise n’affichait certes pas la passion et la violence de Catherine, pourtant sans trop savoir pourquoi, c’était bien à l’héroïne de ce roman qu’il la comparait en songe.

Revenant sur terre, il s’efforça de chasser ces pensées qui l’empêchaient de se concentrer sur son seul véritable problème : le contrôle de son pouvoir. Malheureusement pour lui, le jeune homme vivait dans la quasi perpétuelle obligation de garder un œil sur cette agaçante particularité, la refouler en lui comme on retient son souffle, sauf que là il ne pouvait se permettre d’oublier, ne fusse que l’espace de quelques secondes.
Cartes en main, il relativisait déjà les choses. Bien sur il était curieux mais pas au point de se battre, et oui aussi tentant que cela puisse l’être à ses yeux, il ne trouva pas opportun de trop se fouler durant cette partie qu’il s’avait à présent presque quasiment perdue d’avance. Comment battre un joueur expérimenté ? Avec de la chance sans doute mais c’était sans compter sur le bluff…et même là, il sut instantanément qu’il partait avec une longueur de retard. Un peu plus détendu, il s’accouda au dossier du divan tandis qu’il se positionnait bien en face de sa partenaire de jeu.
*Même pas une paire, c’est lamentable* Cartes en mains, c’était pourtant toujours Louise qu’il observait, calme et patient, préférant prendre la situation à la dérision que de s’en faire. Sa fierté masculine en prendrait certes un coup mais en fin de compte il le vivrait bien, au fond, c’était un gentleman après tout et dans le bon sens du terme.

-Je suis, dit-il de sa voix grave tandis qu’il retirait trois cartes de « sa main ». Pas vraiment enclin à surenchérir, il préférait d’abord se forger une idée plus précise sur les talents de la jeune femme avant toute chose. Des trois cartes posée devant lui, on pouvait aisément comprendre ses doutes quand à miser d’avantage. Sagement, il attendit que la jeune femme effectue le changement tout en s’assurant discrètement qu’elle ne serait pas tentée d’user de subterfuges non recommandables tels que de tricher…au fond il la connaissait à peine et on est jamais trop prudent.

[* ben oui, d’après la description de Louise dans sa fiche, j’ais cru comprendre qu’elle faisait un peu plus que son age en apparence, du moins dans ses formes Very Happy]
_________________
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Sam Aoû 26, 2006 04:10 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

[Tu as parfaitement compris ^^ Mr. Green ]

Louise observait le jeune homme. Il avait l'air perdu dans ses pensées. Ses pensées...que juste à cet instant elle avait envie de connaître. A quoi réfléchissait Hugo ? Voilà peut-être une question qu'elle lui poserait. Se rendant compte ensuite que ce serait tout d'abord impoli et ensuite légèrement idiot de poser une question pareille. Elle la chassa donc de son esprit, préférant plutôt analyser le comportement maintenant de son adversaire. Malheureusement ses pensées dérivaient déjà. Le plus terrible dans ces moments c'est qu'elle pouvait disparaître, user de sa particularité, ce fut donc avec force et concentration qu'elle dut se remettre sur le droit chemin. Cela fut comme un coup de fouet. Elle porta la main à sa tempe qui lui faisait un peu mal avant de la laisser délicatement retomber sur le divan. Profitant du temps de réflexion de son interlocuteur, elle se laissa tenter pour un petit et discret examen de sa personne.

Le regard de Louise parcourut Hugo tandis qu'il devait sûrement se poser des questions sur elle ou sur son jeu. Il était très mal habillé et la jeune fille voyait parfaitement que les lunettes qu'il portait ne lui servait à strictement rien. Hugo était un peu plus grand qu'elle, avec un corps musclé parfaitement, pas trop, ni trop peu. Les reflets dorés que lui procuraient ses cheveux chatains attirèrent le regard de la ribaude qui descendit jusqu'aux yeux. Les yeux du bourgeois étaient d'un bleu magnifique, si profond qu'ils lui faisaient penser à un ciel d'été. Pas à Paris où l'air est pollué, non... A la campagne. Elle n'y avait été qu'une seule fois, et c'était pour un client, mais elle se souviendrait toujours de ce ciel si clair d'été qui lui avait laissé une marque si profonde. Elle s'était même promise que le jour où elle aurait assez d'argent pour s'enfuir, elle s'installerait là-bas. Encore l'un de ses rêves fous auxquels peu de personnes accorde de l'attention.

Poursuivant son inquisition, elle ne put s'empêcher de noter en bonne catin qu'elle est, qu'il serait d'une excellente compagnie dans un lit douillet. Rougissant de ses propres propos, elle baissa les yeux un instant confuse avant de les relever pour faire comme si rien ne s'était passé. Les traits d'Hugo restèrent impertubables, mais Louise était à peu près sûre que son jeu était médiocre. Il la regardait. Louise restait troublée par ce regard mais le tenait, autant par défi que par incompréhension. Les mouvements qu'il avait éxécutés le positionnait bien en face d'elle et Louise n'en démordait pas. Il fallait qu'elle reste concentré. Qu'importe comment il se tenait ou si il la regardait il fallait qu'elle gagne.

Se connaissant parfaitement, la jeune fille savait pertinemment que si elle perdait, sa fierté en serait touchée surtout qu'elle était d'abord expérimentée et ensuite mauvaise perdante. Mieux valait autant pour lui que pour elle-même qu'elle ne perde pas. Mais ses craintes s'éteignèrent rapidement en voyant qu'il ne faisait que suivre et non renchérir à sa mise. Jeu médiocre ou bluff ? En voyant les trois cartes qu'il changeait, Louise fut convaincue d'un mauvais jeu, mais qui sait ? Elle prit les trois cartes et en donna trois autres. Même si elle n'avait pas remarqué que Hogo la surveillait si elle ne trichait pas, elle n'aurait rien fait. Pour la catin, ce jeu était un sport et avec les règles, on ne rit jamais !

Par rapport à son jeu, elle ne changea rien et conserva ses cartes. Son visage restait toujours aussi neutre. La partie s'annonçait plus facile que prévu. Pourquoi s'en plaignait-elle alors ? Peut-être parce qu'elle avait envie de difficulté ? Parce qu'elle voulait mordre la poussière pour mieux se relever après ? Toutes ses questions qui se soulevaient dans sa tête mais auxquelles elle ne voulait pas répondre. Avec un total de trois questions pour l'instant, elle continua de miser.


« Je mise un et je relance de...deux. »

Elle ne prenait que peu de risques car bien que son intuition lui soufflait qu'elle gagnait, il était déjà arrivé qu'il la trompe. Une seule fois, il est vrai, mais une fois fait l'exception. Elle attendit, avec une sorte de sourire effleurant ses lèvres, la réaction de son partenaire.


Dernière édition par Louise Dantois le Jeu Aoû 31, 2006 04:57 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Sam Aoû 26, 2006 07:49 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Finalement, il baissa les yeux, vaincu. Ses lèvres charnues esquissèrent pour la première fois un faible sourire tant il fut amusé et surprit par son propre malaise. Certes, il n’avait pas pour habitude d’agir de la sorte et encore moins avec une parfaite inconnue car un tel sourire en un moment pareil pourrait très facilement s’apparenter à de la mauvaise éducation, pourtant il ne chercha même pas à s’en défaire, c’était peine perdue.
Hugo avait pour habitude qu’on agisse à son contact de manière étrange, qu’on l’aime de tout cœur, qu’on le haïsse profondément ou simplement qu’on le désire. Généralement, il avait prit coutume d’afficher systématiquement un stoïcisme déroutant, une attitude froide et indifférente qu’il poussait parfois jusqu’à la colère si on l’y forçait. Mais cette fois-ci les choses étaient différentes. Louise était différente. Il n’arrivait pas à se l’expliquer lui-même mais il sentait quelque chose de très particulier chez cette jeune femme, quelque chose de fort et de brisé qui lui rappelait étrangement sa propre peine, son propre mal être.

Situation sous contrôle ou pas, trop de temps s’était écoulé depuis qu’il avait rencontré la jeune demoiselle, bientôt il serait temps de partir. Il se faisait cette réfection tandis qu’il réalisait que mine de rien, il était tenté. Gentleman ou pas, il n’en restait pas moins un homme et jouer avec le feu n’était décidément pas dans ses habitudes.


-Je passe. Limitons les dégâts, avec un jeu si lamentable.

Attentif à la situation, il n’en oublia pas la partie pour autant. Une quinte : neuf, dix, valet, dame et roi, c’était sa main mais il décida qu’il ne la montrerait pas. C’était un sacré coup de chance qu’il avait eut, surtout pour un novice, pourtant il perdrait, c’était décidé. Ne se méfiant pas le moins du monde de son interlocutrice, il préférait lui laisser l’avantage de pauser toutes les questions qu’elle voudrait comme l’exigeait la récompense. C’était la moindre des choses sachant qu’il n’y aurait pas de prochain tour et qu’il serait partit dans peu de temps. L’apparence innocente de Louise jouait en sa faveur mais peut être qu’en fin de compte il aurait mieux fait de s’en méfier ? Dès le début, Hugo avait prit ce jeu à la légère mais que se passera-t-il lorsque le moment de répondre serra venu ?
_________________
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Sam Aoû 26, 2006 09:17 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Louise vit pour la première fois un sourire s'étirer sur les lèvres charnues d'Hugo. Elle fut étonnée. Jusqu'à présent, il ne lui avait montré qu'une indifférence imperturbable et maintenant qu'elle voyait un sourire éclairer ce visage, son esprit fut un instant dérouté. Tellement dérouté qu'elle-même répondit à ce faible sourire par un sourire tout aussi maigre mais doublé d'une timidité sans bornes. Très confuse, elle quitta le regard calme de ce jeune homme pour retrouver la maîtrise d'elle-même. Pourquoi se sentait-elle si proche de ce bourgeois ? C'était simple. Il lui donnait l'impression qu'il avait vécu quelque chose... Qui avait laissé une trace semblable aux siennes. C'est ce qu'elle ressentait mais Louise n'en montra pourtant rien et retrouva rapidement sa 'carapace', son visage sérieux mais au sein duquel elle conservait cette innocence qu'elle avait perdue il y a bien longtemps.

Il décida de passer et de laisser la victoire à la jeune fille. Louise ne put empêcher un éclair de déception traverser ses yeux. Elle sentait que quelque chose n'était pas normal, mais comme d'habitude les gens faisaient des choix et personne ne devait les faire changer d'avis, personne à part eux-même. Elle avait donc droit à six questions. Sans s'en rendre compte voilà qu'elle se retrouvait avec la victoire et les informations qu'elle recherchait entre les mains. Malgré tout ça...Louise n'était pas satisfaite. A vrai dire, elle n'est jamais satisfaite, mais là... Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Gagner au poker était la seule source de ses joies et sans savoir, elle ne ressentait rien de tel, comme un goût amer dans la bouche. Elle récupéra les cartes d'Hugo et, avant de les ranger avec les siennes pour les unir à nouveau au paquet, elle y jeta un discret coup d'oeil.

Elle réprima un juron avant qu'il n'atteigne ses lèvres. Rien n'aurait pu dire qu'elle avait vu ou comprit ce qu'il s'était passé. La prostituée refit le paquet en complet, le battit encore une fois avant de la déposer sur un coin de la table et de s'asseoir confortablement dans le divan. Elle n'allait pas attaquer, Louise commencerait dans la douceur et la soie pour être sûre de mettre en confiance. Elle serait ainsi quasi certaine d'apporter des réponses aux questions qu'elle se posait, plus facilement. Avec son sérieux habituel, la jeune fille fixa sans sourciller le jeune homme un moment avant d cligner délicatement les yeux et de commencer son investigation.


« Alors... Monsieur Valère... Vous m'intriguez réellement. »

Elle avait mis un accent léger sur 'Valère', ayant compris que c'était comme cela qu'il fallait le nommer. Louise ne l'avait compris que lorsqu'il l'avait appelée 'mademoiselle Dantois', chose d'ailleurs peu inhabituelle de la part de la gent masculine qu'elle avait auparavant fréquenté, mais d'un côté il était vrai qu'elle le fréquentait d'une façon totalement différente. Elle prit ses gants, maintenant que c'était fini, et enfila le premier sans quitter pour autant l'homme du regard. Témoignant de son habitude, elle lia le lacet avec une seul main et arrêta ses gestes un instant.

« Vous aviez la possibilité d'écraser un joueur de poker confirmé mais pourtant...vous n'avez rien fait. Pourquoi ? Cela sera ma première question.»

Maintenant que la main droite était faite, elle commença à enfiler le deuxième gant en portant cette fois-ci son regard sur ses mains en pleine action. La jeune fille tenta de faire un lacet une fois, puis une deuxième avant de réussir à la troisième tentative. Une petite moue satisfaite se forma sur son doux visage mais elle disparut bien vite pour laisser la place à l'habituel masque dinnocence. Elle considéra ses mains pour bien vérifier que cela tiendrait avant de reporter son regard sur Hugo et de continuer sa tirade.

« Ma deuxième question, monsieur Valère,... sera de vous demander si vous vous fiez aux familles et aux antécédents des gens pour vous faire une opinion. »

C'était plus pour savoir que pour elle-même. Louise parlait avec tout le monde les rares jours où elle sortait. Malheureusement dans certains endroits, comme l'église, elle était interdite d'entrer par sa condition ce qui lui empêchait des rencontres polies et même agréables. De plus, il fallait dire que ses parents n'étaient pas vraiment l'exemple de la pureté, étant, de son point de vue, tombés dans les péchés de la luxure. Le prêtre de la paroisse disait les mêmes choses d'elle mais la catin était obligée, si elle quittait ce travail, elle se retrouverait seule au monde et cela serait trop tôt. Dans quelques années peut-être, elle quitterait la maison de passe et partirait pour une petite maison à la campagne. Vendant ses services au lieu de son corps, elle vivrait plus libre. Mais cela était un rêve comme tant d'autres. Louise revint à ses occupations du moment.

« Et ma troisième... Laisseriez-vous tomber quelqu'un à cause de son passé malgré l'avenir et vos sentiments que vous éprouvez ? »

Ca par contre... c'était juste pour elle. Un gentilhomme ne la fréquenterait plus si jamais il savait le passé qui la précédait. De plus la question, comme elle la posait, laissait entendre qu'elle possédait nombre de secrets qu'il ne vaudrait mieux pas révéler.

« Si vous trouvez une question trop gênante je n'éprouve aucun inconvénient à la changer. Mais cela sera valable pour une seule des trois questions. »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Dim Aoû 27, 2006 03:12 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Un peu distrait en apparences, il écouta pourtant attentivement les propos de la jeune femme. Tandis que celle-ci ramassait les cartes, il abandonna la tiédeur du divan pour se diriger d’un pas tranquille vers une large fenêtre à proximité. Dos à Louise, il offrit son visage à la clarté du jour : son regard intense et rude brilla soudain d’une flamme nouvelle, flamme que son visage impassible semblait vouloir éteindre à tout prix. Elle avait comprit son petit manège, soit en devinant, soit en trichant à son tour. Bien qu’il penchât plus pour la seconde option que pour la première, la tempérance était de rigueur, ce n’était pas lui qui lui jetterait la première pierre.
Le ciel était magnifique, d’un gris sombre et nuageux, chargé d’un je ne sais quoi d’électrique; on sentait qu’il allait pleuvoir d’un instant à l’autre. Droit et hautin dans sa posture, personne n’aurait su deviner rien qu’en l’observant à quel point il était touché par ce spectacle, lui qui semblait tant n’en avoir cure. Un jeune homme du monde, élevé dans le culte du paraître et les faux-semblants. Sa famille était aisée mais pas au point de rivaliser avec la "vraie bourgeoisie ", malgré tout ses parents l’avaient toujours exhorté à jouer le jeu, à tricher dans son comportements et ses mœurs afin d’être accepté et surtout considéré par les plus grands.
*Quelle mascarade… *

Inconsciemment révolté par sa propre attitude, ses origines et tout un passé qu’il traînait depuis trop longtemps derrière lui tel un boulet, il ne trouva pas d’échappatoire…hormis ceci : parler franchement, sans arrondir les angles, sans dissimuler, en bref, simplement être franc.
-Gagner une partie de poker sur un coup de chance ? Cela ne présente décidément aucun intérêt à mes yeux. Il est des victoires auxquelles j’aspire mademoiselle Dantois, des victoires beaucoup moins nobles certes mais concrètement bien plus…utiles.

Le ton était donné d’entrée de jeu, la voix grave d’Hugo s’était tintée d’un sérieux déroutant, à la fois rude et indifférent, il expliquait sa manœuvre froidement.

-Parfois perdre sur un terrain peut vous faire gagner sur un autre et ici qu’avons-nous apprit ? Pour vous la réputation, les antécédents des gens, ça a de l’importance, dans quel sens ? Je l’ignore encore certes, mais votre troisième question accentue cette idée. Deux questions étroitement liées dessinent les courbes d’un sombre secret, quelque chose attaché à votre passé ou à la réputation de votre famille à n’en point douter.

Les mains derrière le dos, il fixait toujours le ciel tandis qu’il s’exprimait avec si peu de considération vis-à-vis des sentiments de la jeune femme dont il ignorait tout, hormis le nom, du moins jusqu’à présent.

-Vous vouliez savoir pourquoi, alors voilà : je n’aime pas tâtonner dans le noir et bien que l’idée de vous interroger fut des plus tentante, je ne savais absolument pas dans quelle voie m’orienter et quelles questions vous poser. Maintenant, je sais.

Après cette longue tirade, il se tût. Il est vrai que reprendre son souffle était nécessaire mais ce ne fut qu’en partie la raison de cette interruption momentanée. Quelle serait la réaction de la jeune femme ? Serait elle choquée ou en colère ? Allait-elle l’injurier ou bien s’enfuir ? Hugo n’avait pas été très tendre avec elle et s’en rendant compte, il attendit sa réaction avant de poursuivre.

_________________


Dernière édition par Hugo Valère le Dim Aoû 27, 2006 05:50 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Louise Dantois
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2006
Messages: 29
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Petite bourgeoisie
Localisation: Mieux vaut ne pas le savoir...

MessagePosté le: Dim Aoû 27, 2006 05:00 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Louise gardait un visage sérieux. Il s'était levé et lui avait tourné le dos, ce qui laissait à Louise la possibilité d'un peu se détendre, mais elle n'en fit rien, sachant que même si il ne la regardait pas, elle devait bien se tenir. Ne serait-ce que pour honorer l'éducation qu'elle avait reçue de sa nourrice. Elle se rappela le jour de sa mort. Son père était entré dans sa chambre et avait refermé la porte derrière lui. Louise ne jouait pas, déjà à cet âge elle n'aimait pas ces futilités que les gens appelaient jouets. Il lui annonça sans préambule ni petit mot gentil la nouvelle. Ebranlée par cette mort, la petite fille qu'elle avait étée pleura toutes les larmes de son corps. Son père se rapprocha et l'entoura de ses bras, comme si il voulait la réconforter. Malheureusement la vérité était tout autre et ce ne fut pas soulager la peine qu'il fit mais bien l'alourdir encore plus. Chassant ce souvenbir plus qu'horrible de son esprit, elle dut néanmoins essuyer une larme qui coulait.

Elle entreprit une analyse de la situation. La voilà en train de pleurnicher sur le divan alors que le jeune homme alllait répondre à ses questions. Etait-elle vraiment aussi idiote que le prétendait sa mère ? Sûrement car elle sentait que la situation échappait au peu de contrôle qu'elle possédait. Elle ferma donc les yeux en écoutant les paroles de ce monsieur bien droit et hautain qui fixait le ciel orageux par la fenêtre. Dès le début, le ton utilisé par Hugo était sérieux et...assez rude. Néanmoins habituée à ce ton, elle continua à écouter avec attention. Elle ne se rendit compte qu'à cet instant, elle s'était si facilement trahie en posant ses questions.

Elle ne fut point en colère, ni choquée, celui qui parvenait à ce stade avait vraiment fait beaucoup de chemin, Louise avait appris très jeune à se taire et à endurer les punitions froidement et sans émotions, mais Hugo n'était même pas parvenu à la fâcher juste... à la faire se rendre compte de ses erreurs. La catin fixa ses pieds un instant avant de relever la tête et de regarder avec des yeux graves le jeune homme.


« Et bien voilà monsieur Valère... Même en me laissant une victoire, vous réussissez à mieux me percer que moi, vous... Ironie du sort dirons-nous ? Malgré tout, monsieur Valère... Un jour... Le jour où vous me poserez les bonnes questions... Ce jour-là...Peut-être comprendrez-vous pourquoi je vous pose ces questions maintenant. »

Une sorte de petit sourire passa sur ses lèvres avant qu'elle ne se cale dans le fauteuil et retrouve son visage sérieux. Sans le vouloir, elle avait utilisé un ton teinté de tristesse. Elle recommença à essuyer une petite larme tout en se maudissant intérieurement. Pourquoi était-elle aussi fragile quand quelque chose éveillait ses souvenirs ? Cela n'était jamais un sujet heureux mais pas à ce point-là... Ce sombre secret dont parlait Hugo, la jeune fille voulait l'enfouir profondément et l'oublier. L'oublier pour toujours et réussir à commencer une nouvelle vie. Malheureusement ce n'était pas un de ces secrets que l'on pouvait abandonner en cours de route. Non.. Quoique l'on fasse, ce genre de secrets vous rattrappait et ne voulait pas lâcher, qui tenait bon.

Tant de sentiments se jouaient en Louise à cet instant qu'elle prit peur et décida de se calmer. Ce n'était pas bon, elle risquait de devenir invisible, ce qui serait ensuite asssez difficile à expliquer. La courtisane fit le vide pour un moment dans sa tête et se calma rapidement. Mais malgré tous ses efforts, les images de sa vie, les faits les plus marquants, lui revenaient en mémoire. Son père qui se pressait contre elle la faisdant souffrir autant qu'il le pouvait. Les coups qu'elle recevait et que Louise avait du subir en silence. Tous ces hommes qui traversaient sa chambre et qui la rendait de plus en plus sale, coupable. Non, jamais elle ne pourrait abandonner ce secret.

Des larmes coulaient en silence de ses yeux mais Louise conservait ce visage sérieux, fière et droit. Elle ne montrerait pas sa faiblesse et ce ne seraient pas quelques larmes qui prouveraient le contraire. La douleur l'avait rendue fière. Elle eut une soudaine considération pour ses mains qui restaient élégamment plantées sur ses genoux au lieu d'essuyer les larmes qui coulaient le long de ses joues, jusqu'aux comissures de ses lèvres pour enfin mourir près de son menton. Ce n'étaient pas des larmes sorties à cause des paroles d'Hugo, mais bien à cause de ses propres souvenirs, ceux qu'elles avaient éveillés. Les larmes qu'elle avait retenues et qui maintenant sortaient sans presque aucune raison. Elle ne se justifia pas et resta dans ce silence sérieux, droite comme un i et prête à faire face à quelque remarque qu'il oserait prononcer. Ses yeux étaient remplis d'amertume mais également d'une profonde trace de blessure qui ne s'était jamais refermée.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hugo Valère
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2006
Messages: 46
Année: Terminale
Age: 20ans
Extraction: Classe moyenne

MessagePosté le: Dim Aoû 27, 2006 06:45 pm    Sujet du message: Découverte des lieux Répondre en citant

Discrètement, il se détourna quelques secondes de l’immensité grise, trop curieux sans doute d’observer la réaction de la jeune femme. Un sourire et des larmes, mêlé, mélangés, combinaison redoutable qui rehaussaient si cruellement la beauté de ses traits fins. Elle pleurait, elle pleurait et c’était lui le responsable, c’était lui son bourreau [du moins il le croit^^]. De nouveau face à la fenêtre, avec la rage au cœur, il fusilla de ses pupilles outremer le reflet de ce jeune homme qui se profilait devant lui contre la vitre. *Je te préviens Hugo Valère, ne pense même pas à aller la consoler, ne t’approche même pas d’elle ou il t’en cuira*

Silencieux et immobile, il bouillait intérieurement. Non, il n’irait pas à son « secours », agir de la sorte s’avérait tentant mais c’était surtout courir trop de risques avec une particularité telle que la sienne. Des femmes, il en avait déjà vu pleurer plusieurs par sa faute et celle de son don. En désespoir de cause, il se raccrocha à cette ultime idée pour se calmer et se convaincre.

-Laissons cela, oubliez ce que je viens de dire.

Soudain, il s’éloigna d’un pas vif de la fenêtre pour se diriger tout droit vers la sortie. S’apprêtant à quitter les lieux, sur le pas de la porte il s’arrêta quelques instant pour ajouter :

-Pardonnez moi mais il me faut prendre congé. N’ayez crainte cependant, une promesse est une promesse : je répondrais volontiers à vos questions une autre fois mademoiselle Dantois.

Mystérieux, sombre et rebelle, parfois on pouvait aisément le comparer à une tornade. Lorsqu’il quitta les lieux, assez brusquement d’ailleurs, il ne laissa que le calme après lui.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:31 am    Sujet du message: Découverte des lieux

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> Premier étage >>> Grand Salon Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo