Institut Estagiel Index du Forum
Institut Estagiel
1875 - Une école élitiste qui renferme de bien sombres secrets...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Sans faire de bruit, ni déplacer d'air...
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> A l'intérieur du château - Rez-de-Chaussée >>> Le hall d'entrée
Auteur Message
Arianne Baudelaire
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2006
Messages: 9
Année: Seconde

MessagePosté le: Ven Aoû 25, 2006 04:47 pm    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

Ça avait été comme ça toute sa vie, et ça n’allait sûrement pas changer parce qu’elle venait d’arriver dans une nouvelle école! Elle avait même parfois l’impression qu’elle ne déplaçait pas d’air lorsqu’elle marchait et que même ses pas ne s’entendaient pas lorsqu’elle marchait. Une démarche mal assurée, le regard rivé au sol, Arianne venait de faire son entrée dans cet institut. Comme elle détestait les premières fois! C’était toujours lors d’une première fois que l’on se faisait une impression des personnes qui nous entouraient. Et Arianne avait toujours détesté ça. Elle avait toujours l’impression qu’on la jugeait, qu’on la regardait de haut et elle avait toujours détesté ce genre de comportement condescendant à l’égard des autres.

La fille du poète se déplaçait doucement dans le hall d’entré regardant tout ce qu’il y avait dans ce hall, portant attention à chaque petit détail. Elle s’attardait souvent aux détails. Pourquoi? Elle n’aurait su le dire, mais c’était quelque chose qu’elle faisait régulièrement. Comme lorsqu’elle écoutait une mélodie, notant chaque note dans sa tête pour pouvoir la rejouer plus tard. Elle laissait son regard divaguer entre les tableaux sur les murs et le tapis pourpre. Elle ne connaissait rien à la peinture, ni aux peintres, ne s’y étant jamais vraiment intéressée. Toutefois, un tableau attira son attention sur le mur. Elle le regarda longuement. On pouvait voir une scène représentant des gens assis autour d’une table qui semblaient prendre plaisir à ce petit repas entre amis.

Elle se remit à marcher dans le hall, qui semblait vide, n’entendant même pas le bruit de ses propres pas. Intimidée par le hall, il faut dire qu’il était immense pour une jeune fille habituée à un appartement, elle se laissait tout simplement guider par ses pas, puisqu’elle ne quittait pas le sol des yeux. À vrai dire, elle n’avait même pas remarqué si quelqu’un se trouvait avec elle dans ce hall. Tout était si nouveau pour elle. Et pourtant...

Pourtant son père lui avait dit de ne pas s’inquièter. Qu’elle allait être heureuse dans cette école, et que c’était toujours mieux que la précédente. À l’entendre, on aurait pu croire que cette école était faite pour elle. Mais, Arianne en doutait. Elle n’avait jamais aimé les cadres trop restrictifs de l’école, préférant laisser libre cours à son imagination. Elle se tortillait nerveusement les doigts, avançant toujours très timidement, comme si elle ne voulait pas déranger le calme qui s’était installé dans ce hall si imposant qui commandait de rester silencieux.
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Ven Aoû 25, 2006 04:47 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jikael Aurenais
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2006
Messages: 25
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Classe ouvrière

MessagePosté le: Sam Aoû 26, 2006 05:27 pm    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

Jikael pénétra dans le hall, les épaules voûtées, traînant les pieds. Le voyage avait été long, il avait hâte de trouver un endroit où s'asseoir. Il aurait bien voulu rejoindre les dortoirs sur le champ, mais il n'avait pas pris connaissance d'un éventuel plan de l'école. Il s'était donc résolu à suivre les couloirs selon son instinct, quand il saisit un mouvement du coin de l'oeil. Il s'arrêta, surpris. Il n'avait rien entendu, lui semblait-il. C'était une jeune fille. Jikael la regarda. A sa démarche, elle ne devait pas être très sûre d'elle. Marcher en regardant ses pieds était un signe qui ne trompait pas. Ou peut-être était-elle seulement désorientée, si elle découvrait le lieu pour la première fois. Lui-même avait été saisi par la vision de ce château moyenâgeux. Le blanc crayeux des pierres avait percé soudainement à travers les arbres, et la bâtisse était apparue dans toute sa grandeur. Les somptueux manoirs du Havre lui paraissaient minuscules en comparaison. Le garçon n'était pas habitué à des constructions aussi grandes. Bien qu'il ne se l'aurait pas avoué, il était intimidé.

Le hall n'était pas moins grandiose. Au moment où il était entré, il s'était retenu de montrer son étonnement. Voyons, s'il voulait avoir un minimum de prestance, pousser un cri n'était pas le meilleur moyen d'y parvenir. Il s'était donc contenter d'observer la décoration, luxueuse mais non tape-à-l'œil, d'un air appréciateur. Après avoir remarqué la demoiselle, il s'approcha des tableaux. L'adolescent était impressionné des détails et de la vie que pouvait insuffler les peintres à leurs représentations pourtant figées sur la toile. Il jeta un regard sur la jeune fille qui semblait ne pas avoir avancé. Enfin, si peu que Jikael avait failli ne pas s'en rendre compte. Il décida d'aller lui parler. Converser avec quelqu'un visiblement plus perdu que lui l'amènerait à relativiser sa propre vision de l'année à venir. Il ne savait pas à quoi s'attendre, mais il appréhendait le moment où il rentrerait en contact avec ce qui faisait un institut comme celui-ci : des cours et des élèves hautains, et beaucoup plus riches que lui.

D'abord il examina son costume, soupira en notant les accrocs et les reprises. Il ne fallait pas s'attendre à des miracles, cela faisait tellement longtemps qu'il l'avait sur le dos. Tant pis, l'essentiel est dans le port et le regard, décréta-t-il. Le garçon fit mine de dépoussiérer ses manches et le bas de son habit, et, se redressant, il marcha vers la jeune fille. Ses pas étaient étouffés par le tapis, bien qu'il ne cherchât pas à être discret. Il resta derrière elle, puis ouvrit la bouche :


« Bonjour mademoiselle. Permettez-moi de me présenter. Je me nomme Jikael Aurenais. Enchanté. »

Sa voix était posée, du moins il espérait. Maintenant qu'il avait parlé, il était impatient de savoir si oui ou non son expérience allait lui servir. A force de les entendre, il avait retenu toutes ces formules de politesse. Il s'était seulement abstenu de tenter le baise-main, qu'il jugea inapproprié dans un tel contexte et à son âge. Cela était réservé aux hommes adultes, avait-il cru bon de noter.

« Quel belle pièce, n'est-ce pas ? »

Autant commencer par des banalités.


Dernière édition par Jikael Aurenais le Lun Aoû 28, 2006 07:15 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Arianne Baudelaire
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2006
Messages: 9
Année: Seconde

MessagePosté le: Dim Aoû 27, 2006 05:25 am    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

La jeune fille sursauta alors qu'elle entendit une voix derrière elle. Elle pensait pourtant qu'elle était seule dans le hall. Apparament, quelqu'un d'autre se trouvait aussi dans ce hall. Elle se tourna vers lui, le regard légèrement troublé par le timbre de sa voix. Elle avait les pomettes rouges, comme une gamine que l'on vient de surprendre en train de faire un mauvais coup. Elle lui sourit timidement, baissant légèrement les yeux vers le sol. Elle n'était pas vraiment habituée à ce que l'on vienne vers elle, la jeune fille étant plutôt de nature effacée. Elle était toujours celle que l'on ne remarquait pas, celle qui ne faisait jamais aucun bruit, de peur de déranger les autres.

"Enchantée...je m'appelle Arianne... Arianne Baudelaire..."

Elle fit une révérence toute simple, ne sachant même pas si elle l'avait fait comme il le fallait. Il faut dire que la rouquine n'était pas tellement habituée à ce genre de présentation. Elle ne remarqua même pas l'habit du jeune homme qui se trouvait face à elle, ne faisant jamais attention à ce genre de détails. C'était si peu important pour la petite bourgeoise. Elle leva les yeux à nouveau sur Jikael, toujours aussi gênée par la présence du jeune homme. Alors qu'elle suivait son regard pour voir ce qu'il regardait, elle tourna de nouveau la tête vers le tableau qu'elle observait avant le jeune homme n'arrive à ses côtés.

"Oui... il est magnifique... "

Malheureusement, c'était tout ce que pouvait en dire la jeune fille, puisqu'elle ne connaissait pas vraiment grand chose à la peinture. Elle ne savait pas vraiment mettre les mots pour décrire ce qu'elle voyait. Mais plus dur encore que tout le reste, la rousse ne savait vraiment pas comment entretenir une conversation. Elle était pourtant habituée par les soirées mondaines auxquelles elle avait assisté avec son père, mais c'était si rare qu'elle avait la chance d'y prendre part, qu'elle ne savait même pas comment poursuivre le dialogue avec Jikael. Elle baissa tout simplement le regard vers le sol, faisant de nouveau face au garçon qui avait fait les premiers pas pour venir à sa rencontre.
Revenir en haut
Gabrielle Lioncourt
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2006
Messages: 4
Année: Première
Age: 17 ans
Extraction: Haute Bourgeoisie

MessagePosté le: Dim Aoû 27, 2006 12:35 pm    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

Ses parents n'avaient pas souhaitaient l'accompagner jusqu'à l'institut. Son père devait gerer ses industries et sa mère devait encore préparer l'un de ses fastueux diners où tous les gens de bonne société se pressaient. Ils l'avaient salué d'un air distrait, pestant contre le temps qu'ils perdaient en de telles inepties.
Sa tante avait été la seule à la soutenir. Elle avait reçu une missive de Paris, celle-ci lui donnait des nouvelles de Louis et lui souhaitait bonne chance pour ses études. L'Institut bénéficiait d'une grande popularité et il était bien vu d'y entrer.
Gabrielle, elle, était mitigée. Bien sur, elle appréciait qu'on lui donne la chance d'être autre chose qu'une épouse analphabète mais elle aurait tout donné pour rester à Paris, au côté de Louis et roucouler encore des années dans ses bras.
Le chauffeur l'aida à descendre, il lui adressa un sourire. La demoiselle était bien jeune pour voyager seule ainsi.
Gabrielle défroissa sa robe tandis que le chauffeur décharger ses bagages. Il l'accompagna jusqu'à la grande porte d'entrée.


"Je vous laisse Mam'zelle et surtout bonne chance."

Elle le remercia d'un sourire. Elle ne pouvait pas parler tant sa gorge était nouée. Cette école l'intriguait tant. Pourquoi lui avait il envoyé une lettre d'inscription?Elle n'avait pas fréquenté les grandes écoles, comment avaient ils bien pu entendre parler d'elle?
Elle frappa doucement mais se doutant qu'elle n'aurait pas de réponse, elle ouvrit la grande porte.
Son regard engloba le hall richement doré. La taille de la pièce était impressionante et la décoration très fastueuse. Deux jeunes gens s'y trouvaient déjà. Gabrielle accrocha un sourire forcé à ses lèvres et décida de faire contre mauvaise fortune bon coeur.


"Bonjour, je m'apelle Gabrielle Lioncourt, je suis nouvelle. Venez vous vous aussi juste d'arriver?"

Elle portait une robe dans les tons roses et rouges, richement décorée, qui mettait en avant sa silhouette fine et délicate. Sa taille était bien sur enserrée dans un corset qui la faisait paraitre fine et fragile.Ses longs cheveux noirs avaient été domestiqué en un sage chignon quelque peu malmené par le voyage. Ses yeux verts interrogeaient ceux de ses interlocuteurs.
Revenir en haut
Jikael Aurenais
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2006
Messages: 25
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Classe ouvrière

MessagePosté le: Lun Aoû 28, 2006 07:18 pm    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

Lorsque la jeune fille sursauta, Jikael ne put retenir un sourire. Il ne pensait pas la prendre par surprise. Et pas à ce point. En se retournant, elle avait le rouge aux joues. Il avait vu juste, elle devait être particulièrement timide. D'un certain côté, cela le rassura. Pour ses premiers contact avec la masse estudiantine, il n'aurait pas affaire à un de ces spécimens qui ne se gênerait pas pour le snober ouvertement. Au contraire, cela ne semblait pas être le genre de cette fille. Non, si elle souriait aussi faiblement, ce n'était pas son genre. Elle ne le regardait pas en face. Jikael se demanda si elle allait lui répondre, juste au moment où elle se présenta à son tour. D'une voix fragile, elle dit s'appeler Arianne Baudelaire. Ce nom avait des sonorités familières, mais le jeune homme ne l'avait sans doute jamais entendu. Cela arrive, des impressions qui se révèlent ne pas être grand chose de plus.

Quand elle le regarda, il s'efforça d'adoucir son sourire qui s'était bien trop affirmé. Il valait mieux ne pas en rajouter, pensait-il, elle pourrait penser qu'il se moquait d'elle. Elle avait l'air assez gênée comme ça, et ce n'avait pas été dans ses intentions premières. En réalité, il était touché par la réserve de la fille aux cheveux roux. Il n'avait jamais rencontré quelqu'un d'aussi réservé, et doutait qu'elle ait réagi autrement s'il avait été d'un rang plus élevé.

Jikael entendit à peine la réponse à sa question et ne sut relancer la question. Quelque part, il aurait bien aimé qu'elle soit passionnée de peinture, et qu'elle se mette à décrire les techniques utilisées, la composition, et pourquoi pas le cadre rehaussant les qualités du tableau. Il se serait contenté de hocher la tête, de ponctuer le monologue de « tout à fait » et de « je suis on ne peut plus d'accord ». Mais ce n'était pas son cas, elle s'était tue, ses yeux se baissèrent de nouveau, et il se serait installé un lourd silence si une troisième personne ne s'était pas jointe à la conversation.

La nouvelle venue paraissait fragile, mais pas de la même manière que Arianne. C'était plutôt dû à son corset, dont Jikael se demanda s'il n'était pas trop serré. Parfois, quand il croisait ces dames aux tailles de guêpes, il se réjouissait profondément d'être né homme et ouvrier. C'était aussi plus discret. Quoiqu'il en soit, il hésita à s'introduire de la même manière. La brune semblait être moins formelle.


« Bonjour. Je suis Jikael Aurenais. » Il lança un regard à Arianne, comme pour lui indiquer qu'il la laissait se présenter elle-même. « En effet, du moins c'est mon cas. Je suis arrivé aujourd'hui. Le voyage a été long pour ma part, mais peut-être habitez-vous près d'ici ? Heureusement que le chemin de fer relie la région au Havre, je n'ose pas imaginer combien de temps j'aurais mis autrement. »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Arianne Baudelaire
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2006
Messages: 9
Année: Seconde

MessagePosté le: Ven Aoû 10, 2007 06:34 am    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

Arianne resta un peu en retrait lorsqu'une nouvelle personne vint s'ajouter au groupe. Il faut dire que voir autant de personnes à la fois lui semblait complètement irréel. En fait, elle n'avait jamais su comment réagir devant les autres et elle s'efforçait de faire de son mieux. La timidité s'empara à nouveau de la petite rousse et elle se sentait vraiment ridicule lorsqu'elle fit de nouveau une révérence devant la jeune fille qui semblait plus âgée qu'elle. Elle ne la regardait pas, rivant son regard au sol. Elle aurait sans doute préféré passer en dessous du plancher ou du moins se rendre invisible. Parce que dans ce genre de situations, elle ne savait jamais comment agir. Elle se collait un peu plus contre le mur, comme si elle espérait que le faible éclairage de la pièce lui permette de disparaître dans la pénombre.

"Arianne... Arianne Baudelaire... je... je viens aussi d'arriver..."

Et la conversation prit fin à cet instant pour la petite rousse. Elle ne voulait pas s'imposer, ni même ajouter un détail de plus, parce qu'elle n'en était pas capable. Les conversations, ça n'avait jamais été son point fort et tenir un dialogue non plus. Elle n'aimait pas donner de détails, ni se perdre dans des mots inutiles. Elle attrappa timidement un des pan de sa robe et se mit à tortiller le morceau de tissus entre ses doigts fins. Les secondes semblaient s'être figés tellement le temps ne semblait plus s'écouler. Comme ses situations la rendaient mal à l'aise! Elle jetait des coups d'oeils discrets aux deux autres personnes qui se trouvaient près d'elle, comme si elle espérait que l'un d'eux relancerait la conversation qu'elle n'arrivait pas à avoir. Et de toute façon, y aurait-elle vraiment participer? Elle trouverait sans doute quelque chose pour s'éclipser, parce que le malaise semblait grandir et s'installer entre-eux.
Revenir en haut
Jikael Aurenais
Elève


Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2006
Messages: 25
Année: Seconde
Age: 15 ans
Extraction: Classe ouvrière

MessagePosté le: Mar Aoû 14, 2007 02:23 pm    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air... Répondre en citant

Le doute s'immisça dans l'esprit de Jikael. Il s'était d'abord réjouit de l'humilité de la jeune fille, mais sa timidité était beaucoup plus forte que ce qu'il avait cru. Au point de trébucher sur les mots. Avait-il dit, fait quelque chose qu'elle aurait pu percevoir comme une moquerie ou une attaque ? Et l'attitude de la nouvelle arrivante n'était pas menaçante. Les deux phrases qu'Arianne venait de prononcer semblaient pourtant l'avoir pétrifiée. Le jeune garçon avait bien remarqué son mouvement de recul, comme si l'appui du mur allait lui apporter quelque soutien. Il fut un peu décontenancé par cette timidité qu'il avait rarement eu l'occasion de rencontrer. Il ne savait pas comment se comporter avec ce genre de personne, s'il fallait prendre des précautions particulières. Est-ce qu'elle risquait de s'enfuir en courant pour un mot de trop ? Un léger rictus se dessina sur ses lèvres à cette pensée.
C'est alors que son regard accrocha le tissu que tortillait Arianne. Il corrigea son sourire immédiatement. Visiblement, cette fille était mal à l'aise. Après quelques secondes, et assuré par le silence pesant, Jikael se décida de mettre fin à sa torture mentale.


« J'imagine que le voyage a été long pour vous aussi, mademoiselle. Vous devez être épuisée. Un peu de repos serait le bienvenu, n'est-ce pas ? Il est temps de découvrir les lieux où nous récupérerons de dures journées de labeur. » Il s'essaya à un petit rire censé détendre l'atmosphère.
« Malheureusement, je crois me souvenir que nos dortoirs sont à l'opposée l'un de l'autre. Nous allons devoir nous séparer. »

Jikael conclut par un geste du bras encourageant les jeunes filles à partir avant lui. Il espéra qu'Arianne lui serait reconnaissante de ne pas prolonger la « discussion ». D'autre part, avec une telle première impression de l'endroit, il était curieux, voire empressé, de visiter la chambre qu'il allait occuper. Cela allait sûrement lui changer de sa maison trop étroite au Havre ! Il s'imaginait déjà un lit confortable et des nuits calmes, des draps immaculés et un matelas moelleux que l'on ne quitterait qu'à regret. Ses yeux brillèrent à la pensée d'un sommeil tranquille, profond et réparateur.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:17 am    Sujet du message: Sans faire de bruit, ni déplacer d'air...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Institut Estagiel Index du Forum >>> A l'intérieur du château - Rez-de-Chaussée >>> Le hall d'entrée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo